Détournement à Genève: l'armée suisse brille par son absence

Après la prise d'otage de l'avion d'Ethiopian Airlines lundi matin, l'appareil a été escorté par les forces armées italiennes et françaises. Pourquoi pas les forces suisses? Parce qu'elles ne travaillent pas en dehors des heures de bureau.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La limitation des interventions de l'armée aux heures de bureau est surtout due à des questions financières.

L'avion éthiopien, qui a été détourné lundi matin par son copilote, a été escorté par des appareils militaires italiens puis français jusqu'à son atterrissage à Genève. Les forces aériennes suisses ne sont pas intervenues. Elles ne sont opérationnelles que pendant les heures de bureau, soit entre 8h et 12h et 13h30 à 17h

Le Boeing 767-300 d'Ethiopian Airlines a été accompagné par deux Eurofighter de l'armée italienne dans l'espace aérien italien, a indiqué lundi le porte-parole des forces aériennes suisses, Laurent Savary. Deux Mirages 2000 de l'armée française ont ensuite pris le relais dans l'espace aérien français, jusqu'à Genève, où l'appareil détourné a atterri à 6h02.

Les forces aériennes suisses sont disponibles entre 8h et 12h et de 13h30 à 17h, a précisé M. Savary, confirmant une information du site Internet de "20 Minuten". Toutefois, des radars surveillent l'espace aérien suisse 24 heures sur 24. Et la collaboration avec les pays voisins a bien fonctionné lundi matin, a salué le porte-parole.

Cette limitation des interventions de l'armée aux heures de bureau est surtout due à des questions financières: un service de piquet et l'engagement de pilotes seraient nécessaires pour assurer des opérations en tout temps. Lancé par le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports, le projet Ilana devrait remédier à cette situation.