8

Drame de Sierre: deuil national en Belgique

Le premier ministre belge Elio di Rupo a décrété mercredi un deuil national après l'accident de car qui a fait 28 morts dont 22 enfants dans le tunnel autoroutier de Sierre.
05 août 2015, 15:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
136518700

Un car belge s’est encastré mardi soir dans un mur dans le tunnel autoroutier de Sierre. Le bilan est très lourd: 28 morts, dont 22 enfants, et 24 blessés.

L’attente angoissée a duré toute la nuit, et s’est terminée par l’annonce d’un drame ahurissant. A 5 heures mercredi matin, la police cantonale a annoncé à un parterre de journaliste atterrés que 28 personnes sont décédées dans un accident de car. Pour ajouter encore à l’horreur, on apprend que 22 d’entres elles sont des enfants d’une douzaine d’années, de retour d’un camp de ski dans le Val d’Anniviers.

L’alerte a été donnée mardi à 21 h 15. Un car était accidenté dans le tunnel autoroutier, dans le tube nord (direction Sion): la police a immédiatement fermé l’autoroute A9 entre les entrées Sierre Est et Sierre Ouest dans les deux sens. Selon les premières constatations de la police cantonale, le chauffeur du bus s’est engagé sur l’autoroute depuis le Val d’Anniviers.

Les forces de l'ordre avaient été alertés par les images vidéos prises par les caméras dans le tunnel a déclaré le porte-parole de la police cantonale valaisanne Jean-Marie Bornet au journal de TSR.

A deux kilomètres de l’entrée de l’autoroute, pour une raison encore indéterminée, l’autocar s’est déporté sur sa droite et a heurté la bordure de la chaussée. Il a ensuite percuté de plein fouet un mur en béton situé à l’extrémité d’une place de secours. Ce choc frontal a été d’une extrême violence. L’avant de l’autobus a été fortement endommagé, bloquant de nombreux occupants. Plusieurs personnes ont dû être désincarcérées.

200 sauveteurs

Des moyens sanitaires très importants ont été engagés sur les lieux du drame. Deux cents professionnels du sauvetage se sont rendus à Sierre: 30 agents des polices cantonale et municipales, 60 pompiers de Sierre et Sion, 15 médecins, 100 sanitaires de 4 concepts régionaux, 3 psychologues. Ils étaient aidés dans leur tâche par 15 ambulances et 7 hélicoptères.

Les 24 blessés ont été acheminés dans les hôpitaux de Sierre, Sion. Viège, Martigny, Lausanne et Berne. Sur les 28 personnes tuées dans le choc, 22 sont des enfants d’une douzaine d’années, en provenance de deux classes de la région du Brabant flamand et du Limbourg.

Ils vivaient dans les villes de Lommel et d'Heverlee. Six adultes ont également péri dans l’accident, dont les deux chauffeurs. Le bus, d’un modèle de dernière génération et presque neuf, était équipé de ceintures de sécurité.

Eclaircir les zones d’ombres

«Il est trop tôt pour tirer des conclusions. J’ai ordonné une enquête. Nous voulons donner la transparence absolue aux familles sur les causes de cette tragédie. Nous voulons apporter des réponses, pour ne pas ajouter au drame des zones d’ombres», a affirmé Olivier Elsig, 1er procureur du Valais central.

Mercredi matin, un premier point presse était organisé par la police cantonale à Sierre. A voir les personnes présentes, il était à craindre un bilan très lourd. Assis derrière la table, la mine sombre, des hommes attendent d’annoncer l’épouvantable nouvelle : Jan Luykx, ambassadeur de Belgique, François Genoud, président de Sierre, Jacques Melly, président du gouvernement valaisan, Jean-Pierre Deslarzes, directeur médical de l’OCVS, Christian Varone, commandant de la police cantonale et Jean-Marie Bornet, chef de l’information à la police cantonale.

Les mots de tragédie, drame, tristesse et immense émotion sont prononcés à plusieurs reprises. Les autorités et la police ont présentés des condoléances. L’émotion des uns et des autres est palpable. Maintenant, il s’agit d’accueillir les familles des victimes de cet accident.

Le premier ministre belge Elio di Rupo a décrété mercredi un deuil national après l'accident de car qui a fait 28 morts dont 22 enfants dans le tunnel autoroutier de Sierre.