Drame de Sierre: la tristesse règne à l'hôtel qui a accueilli les familles

Une grande tristesse règne encore à l'Hôtel des Vignes à Uvrier, là où ont logé les familles des victimes de l'accident de car.
05 août 2015, 15:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
photo_5

Vendredi après-midi, une grande tristesse régnait encore à l’Hôtel des Vignes où ont séjourné pendant deux jours les familles des défunts mais aussi les psychologues, médecins et spécialistes scientifiques belges.

Du côté de la réception, on avait de la peine à cacher sa peine. «On ne peut pas imaginer ce qu’on a vécu ici», a témoigné un membre de la direction. «Voir une maman sur un fauteuil serrant la poupée de sa petite fille morte ou ce papa avec le T-shirt de son enfant qui était la seule chose qui restait de lui…c’était atroce», poursuit-il. «On était avec ces proches presque toute la journée, on a vécu des émotions très vives» ajoute-il. De plus, il a fallu gérer tous les journalistes qui recherchaient des informations. «Un bus a été placé devant l’entrée pour empêcher de voir à l’intérieur,  la presse était à l’affût mais personne n’a pu entrer, le service d’ordre déployé tout autour de l’établissement a été parfait» explique notre interlocuteur. «Mais le téléphone sonnait sans arrêt, on nous demandait des interviews», a signalé celui qui a refusé d’entrer en matière et a renvoyé les appels à la police.

Un engagement de tous

Le propriétaire de l’établissement a déjà été réveillé mardi soir vers 23h30 par le contrôle des opérations pour accueillir les proches. Toutes les chambres non occupées ont été réquisitionnées pour environ 60 personnes. «Nous avons du personnel en extra, il a tout de suite accepté de venir travailler», note-t-on du côté de l’Hôtel des Vignes. «En cuisine, les 5 personnes ont oeuvré pratiquement nuit et jour, tout le monde a essayé de faire au mieux pour toutes ces familles.» Par ailleurs toute la clientèle d’affaires qui avait prévu des séminaires cette semaine s’est montrée solidaire et a accepté de reporter ses rendez-vous.