Drame de Sierre: "Le bus ne roulait pas trop vite".

Les enfants étaient attachés et le bus ne roulait, a priori, pas trop vite, a annoncé le premier procureur valaisan à la conférence de presse sur l'accident de l'autoroute A9.
05 août 2015, 15:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
photo_9

18h35

Fin de la conférence de presse

18h25

Les questions des journalistes

Comment s’est passé le transfert des familles de la Belgique en Valais ? Réponse du Premier ministre belge : « De nombreuse familles ne connaissaient pas le sort de leur enfant en venant en Valais ».

Sur les images vidéo, quelle a été la trajectoire du bus avant l’accident ? Réponse d’Olivier Elsig : « Difficile de répondre, l’enquête est en cours ».

Le maire de Louvain (B) a mis en cause la lenteur des autorités suisses en matière de communication. Réponse de Christian Varone. « Trois cars d’écoliers ont quitté le Val d’Anniviers mardi soir. Pour savoir qui était dans le car accidenté, cela a pris du temps. »

Ces trois cars roulaient-ils en convoi ? «L’enquête est en cours » répond Christian Varone.

18h18

Le Dr Jean-Pierre Deslarzes, directeur médical de l’OCVS prend la parole. Il explique que l’alarme a été donnée par un témoin à 21h15. « L’intervention sur le plan sanitaire n’a pas trop posé de problème. Sur le plan émotionnel, cela a été très dur pour les secouristes en voyant tous ces enfants décédés, mutilés. » Il reste 14 enfants hospitalisés à Sion (dont un aux soins intensifs). A Viège, 6 enfants sont porteurs de pathologies modérées à bénignes. A Berne, un enfant va bien. En revanche, au CHUV à Lausanne, 3 enfants sont gravement touchés.

18h11

Le premier procureur du Valais central Olivier Elsig prend la parole. Il est chargé de l’enquête judiciaire pour déterminer les causes de ce drame. Sa priorité est l’identification formelle des victimes. Les images vidéo ont été enregistrées. L’analyse de ces images est en cours. De nombreuses informations continuent d’être récoltées. Des personnes sont entendues à titre de témoin. Il a ordonné une autopsie du chauffeur, pratiquée actuellement à Lausanne. L’autocar était un véhicule récent. Il ne circulait pas trop vite a priori. Selon les sauveteurs, les enfants étaient attachés avec une ceinture de sécurité. Aujourd’hui, les hypothèses quant à la cause du drame sont au nombre de trois : défectuosité du véhicule, malaise du chauffeur, une cause humaine liée à une erreur.

18h05

Le commandant de la police valaisanne Christian Varone prend la parole. « Le canton du Valais a été par le passé touché par des événements douloureux mais je dois dire qu’aujourd’hui cet événement est une véritable tragédie. Dans le terrain, une centaine de collaborateurs, policiers, ambulanciers et secouristes ont été profondément secoués par cet événement ». « Cela fait 20 heures que toutes ces équipes sont à pied œuvre. » Il revient sur le bilan : 28 morts dont 22 enfants. 22 familles sur 24 ont été avisées du drame vécu par leur enfant. Les hôtels de la région ont été réservés, des cellules de crise ont été mise sur pied. Avec des interprètes français-flamand.

18h04

L’adjointe de l’ambassadeur de Hollande prend la parole. Elle remercie les autorités suisses et belges.

18h00

Jacques Melly, président du gouvernement valaisan  prend la parole. « Il n’y a pas de mot pour traduire les sentiments qui nous animent. » Au nom du gouvernement, il adresse aux familles, au gouvernement belge et néerlandais, l’expression de sa plus grande sympathie. Il a une pensée émue pour les enfants hospitalisés. Il remercie les sauveteurs qui ont œuvré dans des conditions extrêmement difficiles.

17h56

Le Premier ministre belge prend la parole en flamand puis en français. « Nos premières pensées vont aux victimes, aux familles et à leurs proches. Pour la Belgique, c’est un événement dramatique. » Il dit que la collaboration entre la Suisse et la Belgique est remarquable. Il remercie les autorités suissses pour le travail accompli.

17h53

La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf ouvre la conférence de presse devant une centaine de journalistes. Elle présente toute sa sympathie aux familles concernées par la tragédie. Elle remercie les autorités pour leur engagement. Elle garantit que la Suisse va tout entreprendre pour aider les familles.

 

Les personnalités suivantes seront présentes

M. Twaalfhoven, ambassadeur de Hollande, Esther Waeber-Kalbermatten, conseillère d’Etat valaisanne. Jacques Melly, président du gouvernement valaisan, Elio di Rupo, premier ministre belge, Eveline Widmer-Schlumpf, présidente de la Confédération, Christian Varone, commandant de la police cantonale valaisanne, Olivier Elsig, premier procureur du Valais central et Jean-Pierre Deslarzes, directeur médical de l’OCVS (organisation cantonale valaisanne des secours).