Energie: la recherche appliquée doit être privilégiée

Pour la Confédération, la recherche appliquée doit contribuer à assurer un approvisionnement suffisant en énergie, sûr et économiquement viable pour pallier le nucléaire.
06 août 2015, 14:45
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
La Confédération souhaite mettre l'accent sur la recherche fondamentale pour assurer la sortie du nucléaire.

Un accent doit être mis dans la recherche énergétique appliquée en lien avec l'économie. Alors que le Conseil fédéral vient de lancer sa stratégie en vue de sortir du nucléaire, la Confédération a publié jeudi son plan directeur de recherche pour les années 2013 à 2016.

La recherche doit contribuer à assurer un approvisionnement suffisant, sûr, économiquement supportable et respectueux de l'environnement. Quatre domaines prioritaires sont posés: l'habitat, les transports, les techniques énergétiques et les processus (développement, fabrication, utilisation et élimination de produits).

Potentiel de transfert

La Commission fédérale pour la recherche énergétique (CORE) émet en outre toute une série de recommandations. Avec, en toile de fonds, une plus grande adéquation possible avec le marché. "La Suisse dispose encore d'un potentiel de transfert technologique, notamment par le biais de la collaboration des PME avec les institutions de recherche."

Il faut assurer une utilisation compatible avec l'économie des brevets et autres licences mises au point. La CORE demande de se focaliser sur la recherche appliquée. Le transfert technologique doit être soutenu par des centres de compétences où cette recherche est effectuée en contact permanent avec l'industrie.

Chevronnés et reconnus

La priorité doit aller aux domaines sur lesquels travaillent des groupes de chercheurs chevronnés. Il faut assurer la création et le maintien de groupes de recherche bien dotés en personnel et en matériel. Les pouvoirs publics doivent s'engager dans la mise en réseau d'établissements reconnus internationalement.

Pour que les enseignements passent le plus rapidement possible sur le marché, il est nécessaire que les HES aient aussi accès aux fonds d'encouragement. Les moyens alloués aux installations pilotes et de démonstration devraient être augmentés.

Les activités de l'Agence pour la promotion de l'innovation (CTI) et du Fonds national de recherche scientifiques doivent être plus axées sur la recherche énergétique. Enfin, la CORE appelle la Confédération à prendre des mesures d'encouragement de la formation pour éviter une pénurie de spécialistes dans les métiers techniques.