Réservé aux abonnés

Fidel vu de Suisse, héros puis tyran

La diplomatie et la presse helvétiques ont d’abord été sous le charme du Lider Máximo.
30 nov. 2016, 23:03
/ Màj. le 01 déc. 2016 à 00:01
Maximo Leader Fidel Castro of Cuba (2nd from left) chats with Swiss Premier Flavio Cotti (center) on the country seat Lohn near by Berne, Switzerland, May 20, 1998 during Castro's state visit in Berne. Left Swiss Minister Ruth Dreifuss, right Swiss Minister Kaspar Villiger (person 2nd from right unidentified). (KEYSTONE/LUKAS LEHMANN) SCHWEIZ BESUCH CASTRO

Même mort, Fidel Castro continue de diviser. Chef providentiel ou bourreau impitoyable, homme d’action et étatiste hétérodoxe, stratège machiavélique et orateur roi de l’improvisation, Robin des Bois ou Grand méchant loup, le Líder Máximo n’a jamais laissé indifférent. Y compris en Suisse.

La diplomatie helvétique suivait déjà Fidel Castro quand il n’était encore qu’un jeune juriste luttant contre la dictature cubaine. En 1953, à la suite de l’échec de l’attaque de la caserne de la Moncada, à Santiago de Cuba, Ernst Schlatter, l’ambassadeur de Suisse à La Havane, informa le Département politiqu...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois