Réservé aux abonnés

Frontaliers toujours appréciés

Les entreprises aiment toujours les travailleurs étrangers. S’ils gagnent moins que les résidents, il n’y a pas d’abus généralisé, dit Berne.
06 juil. 2016, 00:21
/ Màj. le 06 juil. 2016 à 00:01
Fahrzeuge mit italienischen Kennzeichen stauen sich am Dienstag abend, 4. Februar 2014, auf ihrem Weg in die Schweiz vor dem Grenzuebergang in Ponte Tresa TI. (KEYSTONE/Ti-Press/Gabriele Putzu) SCHWEIZ GRENZVERKEHR TESSIN

Philippe Boeglin

Les entreprises suisses continuent à aimer les frontaliers. Malgré la conjoncture déclinante, minée par le franc fort, le volume de ces travailleurs a crû de près de 11 000 personnes entre les premiers trimestres 2015 et 2016. Une progression qui ne manque pas d’interpeller: en parallèle, l’immigration nette venue de l’UE et de l’AELE refluait de 4800 individus entre janvier et mai de cette année. Autres constats: les revenus des frontaliers demeurent inférieurs à ceux des résidents, et «leurs» régions affichent des taux de chômage au-dessus de la ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois