Réservé aux abonnés

Il n’y a pas de «plan B» pour sortir de l’ornière du 9 février

Johann Schneider-Ammann privilégie la piste d’une clause de sauvegarde pour débloquer le dossier.
10 nov. 2015, 22:56
/ Màj. le 11 nov. 2015 à 00:01

Le chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR), Johann Schneider-Amman, a participé hier à une réunion conjointe des ministres des Finances de l’UE et de l’Aele avant de rencontrer deux commissaires européens : Carlos Moedas (recherche) et Jyrki Katainen (emploi et croissance).

A tous, il a tenu à répéter la position du Conseil fédéral, qui «reste pleinement valable», sur la libre circulation des personnes : Berne veut sauver le bilatéralisme, en sursis depuis l’adoption de l’initiative contre l’immigration de masse le 9 fév...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois