L'affaire Tinner à nouveau portée devant la justice

Le Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone va rouvrir le dossier Tinner. Une accusation du Ministère public de la Confédération (MPC) accuse un homme ayant collaboré avec les Tinner, puis développé à son compte une technologie d'armes nucléaires.
07 août 2015, 14:18
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'affaire Tinner va occuper une nouvelle fois le Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone. Le Ministère public de la Confédération (MPC) accuse en effet un homme d'avoir collaboré avec la famille Tinner dans des activités liées à l'armement nucléaire.

L'affaire Tinner va occuper une nouvelle fois le Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone. Le Ministère public de la Confédération (MPC) accuse en effet un homme d'avoir collaboré avec la famille Tinner dans des activités liées à l'armement nucléaire.

Le MPC a remis début septembre une ordonnance de condamnation, qui tient lieu d'acte d'accusation, au TPF, a indiqué Jeannette Balmer, porte-parole du MPC. Elle confirmait une information de la "NZZ am Sonntag".

Selon le journal dominical, le MPC reproche à cet individu d'une part d'avoir collaboré avec les Tinner, puis d'avoir développé à son compte une technologie d'armement nucléaire. L'homme a, selon le MPC, violé la loi fédérale sur le matériel de guerre. Il s'agit d'un ingénieur de 65 ans domicilié dans le canton de St-Gall.

L'accusé avait déjà été condamné à une peine pécuniaire avec sursis et une amende, mais il avait fait recours contre cette ordonnance pénale. En juillet dernier, le MPC avait émis une deuxième ordonnance de condamnation contestée tout comme la première par l'intéressé. La date du procès à Bellinzone n'est pas encore connue.

Nid de taupes

L'affaire des deux frères Tinner et de leur père est une longue suite de rebondissements, tant au niveau de la justice que de la politique. Les trois ingénieurs avaient été impliqués dans le réseau d'Abdul Qader Khan, le père de la bombe atomique pakistanaise, pour avoir livré des pièces servant à la fabrication de centrifugeuses destinées à l'enrichissement d'uranium.

Plus tard, la collaboration des Tinner avec la CIA avait permis de stopper un programme nucléaire militaire en Libye. Les détails de cette coopération n'ont cependant jamais pu être éclaircis.

En 2008, le Conseil fédéral avait décidé de céder à la pression des Etats-Unis et de détruire "pour des raisons de sécurité" les plans d'armes nucléaires versés au dossier de l'enquête. L'affaire avait ensuite pris une tournure rocambolesque lorsque des copies de ces documents avaient atterri dans les archives du MPC.

Il y a deux ans, les trois hommes avaient finalement été condamnés par le TPF pour avoir favorisé un programme illégal d'armement nucléaire.