La biodiversité suisse va "plus mal qu'on l'imagine"

Pro Natura, l'Académie suisse des sciences naturelles et BirdLife Suisse demande au Conseil fédéral de mettre en oeuvre le plan d'action Stratégie Biodiversité Suisse, approuvé par le Parlement en 2012. Pour l'instant, peu d'efforts sont faits.
07 août 2015, 14:18
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
HANDOUT - Die Feldgrille (Gryllus campestris) ist eine Art aus der Familie der Echten Grillen (Gryllidae) innerhalb der Ordnung der Langfuehlerschrecken (Ensifera). Pro Natura waehlt die Feldgrille am Montag, 6. Januar 2014 zum Tier des Jahres 2014. Der bevorzugte Lebensraum der Feldgrille sind bunte, artenreiche Blumenwiesen. Diese werden in der Schweiz immer weniger. Gruende dafuer sind die intensive Landwirtschaft und die Ueberbauung von sonnigen Hanglagen. (PRO NATURA/Fabian Biasio) *** NO SALES, DARF NUR MIT VOLLSTAENDIGER QUELLENANGABE VERWENDET WERDEN ***

Berne doit en faire davantage pour la biodiversité, ont plaidé lundi Pro Natura, l'Académie suisse des sciences naturelles et BirdLife Suisse. La conservation de la nature fait l'objet jusqu'au 17 octobre d'une conférence de l'ONU en Corée du Sud.

Il n'y a même pas 10% de réserves naturelles sur le territoire suisse et la gestion des zones protégées laisse "souvent à désirer", affirme Pro Natura dans un communiqué.

L'organisation, dont la prise de position est corroborée par Markus Fischer, président du Forum biodiversité de l'Académie suisse des sciences naturelles, appelle le Conseil fédéral à mettre en oeuvre le plan d'action Stratégie Biodiversité Suisse, approuvé par le Parlement en 2012. La Suisse s'y est fixée dix objectifs d'ici 2020.

Berne devrait aussi doubler d'ici 2015 son soutien financier à la préservation de l'environnement dans les pays en développement, selon les deux organismes de conservation de la nature qui recommandent au Conseil fédéral de mettre en place une infrastructure d'aires protégées "efficace".

Pas mieux que les autres

La politique actuelle de la Suisse ne permet d'atteindre "qu'un cinquième" de ses objectifs intermédiaires, note enfin l'association suisse pour la protection des oiseaux ASPO/ BirdLife Suisse qui estime qu'en matière d'environnement, la Suisse ne fait "pas mieux" que les autres pays.