La Cour pénale confirme la peine de prison à vie

Le Tribunal cantonal du canton du Jura a condamné en appel un homme à la prison à perpétuité. Il avait égorgé son fils en 2008, pour se venger de sa femme a retenu la justice.
07 août 2015, 13:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les juges de Mon Repos ordonnent à la justice neuchâteloise de prononcer un traitement des addictions ou un traitement ambulatoire.

A l’instar de la Cour criminelle en 2010 et du tribunal de première instance deux ans plus tard, le tribunal cantonal du canton du Jura a condamné jeudi en fin d’après-midi l’homme qui avait égorgé son fils de 6 ans d’un coup de cutter en juin 2008 à Porrentruy à la prison à vie.

Au moment de motiver son jugement, le président de la Cour pénale Gérald Schaller a eu des mots très durs à l’encontre du prévenu. «Il a préféré sacrifier son fils pour satisfaire son désir de vengeance envers son ex-compagne», a notamment déclaré le magistrat.

Ce Portugais avait fait appel auprès du Tribunal fédéral (TF). Le TF avait admis les qualifications d’assassinat et de viol, mais avait demandé à la justice jurassienne de motiver ses considérants au niveau de la mesure de la peine. C’est donc uniquement sur ce dernier point que le tribunal devait trancher.

Mardi, lors du procès en appel, la défense avait plaidé pour une peine de prison de 20 ans, estimant que l’assassin devait avoir une chance de retrouver sa place dans la société. Face à «une sauvagerie insupportable» pour reprendre les termes du président Schaller, la Cour pénale a opté pour la réclusion à perpétuité. Ainsi, le prévenu Portugais d’une cinquantaine d’années passera au minimum 15 ans derrière les barreaux (pour autant que ses demandes de mise en liberté soient acceptées), voire 20 ans au maximum selon le droit suisse. Plus toutefois si les pronostics au moment de son éventuelle libération lui sont défavorables. Avec une peine de 20 ans de privation de liberté, l’homme aurait pu bénéficier d’allégements après avoir purgé les deux tiers de sa peine.