La formation complémentaire des jeunes conducteurs devrait intervenir plus vite

Dès les premiers mois suivant l'obtention du permis à l'essai, il faudrait une formation complémentaire à la conduite, estime l'Office fédéral des routes.
06 août 2015, 15:11
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'Office fédéral des route estime qu'une formation complémentaire pour les jeunes conducteurs devrait intervenir plus rapidement lors de l'obtention du permis provisoire.

La formation complémentaire à la conduite devrait intervenir dès les premiers mois suivant l'obtention du permis à l'essai. Ces programmes devraient en outre offrir des bases plus solides sans attendre le second cours complémentaire.

Un projet en ce sens pourrait être mis en consultation durant le second trimestre 2013, a indiqué vendredi l'Office fédéral des routes (OFROU). Depuis décembre 2005, une formation en deux phases et un permis de conduire à l'essai visent à réduire le nombre d'accidents chez les nouveaux conducteurs.

Après réussite de l'examen, ces derniers obtiennent un permis limité à trois ans. Pendant ce laps de temps, ils sont exposés à des sanctions particulièrement sévères. Ils doivent parallèlement suivre deux cours de formation complémentaire. Si tout va bien, ils obtiennent ensuite un permis définitif.

Ce système a porté ses fruits, selon une enquête du Bureau suisse de prévention des accidents. La diminution des accidents graves causés par les jeunes nouveaux conducteurs est plus importante que la moyenne constatée dans toutes les autres catégories d'âge. La peur des sanctions (menace d'un retrait du permis à l'essai) semble fonctionner.

Mais des améliorations restent possibles. Les premiers cours dispensés après l'obtention du permis à l'essai interviennent trop tard, sachant que le risque d'accident est le plus grand durant les premiers mois. Or il s'écoule en moyenne 16 mois entre l'examen pratique et la première journée de cours et 26 mois jusqu'à la deuxième journée de cours.

L'OFROU se penche déjà sur des optimisations dans le cadre de la reprise de la troisième directive européenne sur les permis de conduire. Outre des délais plus brefs pour les cours, il est prévu d'offrir des bases plus solides. Certains contenus de la deuxième phase de formation pourraient être transférés vers la première. Les programmes devront en outre être mieux harmonisés.