Réservé aux abonnés

La fragilité d'une icône médiatique

Il était le chouchou des médias. Une pierre turque suffit à exposer le commandant de police à un retour de balancier. Comme dans une tragédie antique. Analyse.
06 août 2015, 10:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6323387.jpg

"Cette affaire prend des proportions extrêmes auxquelles je ne m'attendais pas." Ce vendredi 17 août, Christian Varone apparaît mal à l'aise au "19:30" de la RTS. Il dit ne pas pouvoir affirmer que la pierre qu'on lui montre en photo est celle que la police turque a retrouvée dans ses valises à l'aéroport d'Antalya. A Darius Rochebin qui souligne son rôle très en vue dans la gestion de l'accident de car de Sierre en mars, le commandant de la police valaisanne fait une confidence: "Je me serais attendu à ce qu'on se souvienne de ce qu'on a fait..."

Tel un héros déchu

Tel un héros déchu de l'...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois