La militante anarchiste Andrea Stauffacher ira en prison

Le Tribunal fédéral a débouté Andrea Stauffacher. La militante anarchiste zurichoise est définitivement reconnue coupable de dommages à la propriété et d'emploi d'explosifs avec dessein délictueux et condamnée à dix-sept mois de prison ferme.
06 août 2015, 15:00
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Andrea Stauffacher vor dem Bundesstrafgericht anlaesslich der Urteilsverkuendigung am Dienstag 8. November 2011, in Bellinzona. Das Bundesstrafgericht hat die 61-jaehrige Zuercher Linksaktivistin Andrea Stauffacher zu einer unbedingten Freiheitsstrafe von 17 Monaten verurteilt. Laut Gericht hat sie sich in zwei Faellen der Gefaehrdung durch Sprengstoffe schuldig gemacht. (KEYSTONE/Karl Mathis)

L'activiste de gauche Andrea Stauffacher ira derrière les barreaux. Le Tribunal fédéral (TF) a débouté la militante anarchiste zurichoise qui avait été condamnée en novembre 2011 à dix-sept mois de prison ferme par le Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone.

Agée de 62 ans, Andrea Stauffacher est définitivement reconnue coupable de dommages à la propriété et d'emploi d'explosifs avec dessein délictueux.

La militante anarchiste s'était servie de feux d'artifice pour en faire des explosifs. Elle avait visé deux bâtiments en ville de Zurich, le consulat espagnol et un immeuble abritant des locaux de police.

Niant sa culpabilité, elle avait demandé son acquittement. La sexagénaire contestait les preuves retenues contre elle, notamment celles liées aux traces ADN retrouvées sur les lieux des attentats, qui correspondaient à son profil ADN tel qu'il avait été établi en 2002.

Procès équitable

Elle s'était défendue en relevant que ce profil n'aurait pas dû être conservé si longtemps, selon les dispositions zurichoises en vigueur à l'époque.

S'il lui donne raison sur ce point, le TF relève que les soupçons qui pesaient contre elle auraient de toute manière justifié un nouveau relevé ADN. Il conclut que son droit à un procès équitable n'a pas été violé.

Le TF confirme également le verdict rendu par les juges de Bellinzone contre une autre activiste âgée de 47 ans, reconnue coupable d'avoir mis le feu au véhicule d'un policier. (arrêts 6B_299/2012 et 6B_294/2012 du 20 septembre 2012)