Réservé aux abonnés

"La normalité, c'est la différence!"

Spécialiste de la procréation médicalement assistée, le professeur Marc Germond conteste le risque d'eugénisme dénoncé par les adversaires du diagnostic préimplantatoire (DPI).
07 août 2015, 15:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_9042700.jpg

PROPOS RECUEILLIS PAR

CHRISTIANE IMSAND

La femme qui craint de mettre au monde un enfant malformé ou porteur d'une maladie grave peut aujourd'hui procéder à un test prénatal après plusieurs semaines de grossesse. Par contre, en cas de fécondation in vitro (FIV), elle ne peut pas demander un diagnostic préimplantatoire (DPI) qui pourrait lui éviter de recourir ultérieurement à un avortement. L'article constitutionnel soumis au peuple le 14 juin doit permettre de lever cette incohérence. Avec quelles conséquences? Le point avec le professeur Marc Germond, président du ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois