La Poste: le prix des courriers A et B va augmenter

En conférence de presse ce jeudi matin, La Poste a annoncé notamment une hausse du prix pour l’envoi de lettres dès janvier 2022. Le courrier A passera à 1,10 franc et le courrier B à 90 centimes. Elle s’est d’autre part réjouie d’un résultat semestriel en hausse.
26 août 2021, 09:17
/ Màj. le 26 août 2021 à 10:56
Le prix pour envoyer une lettre va augmenter en 2022.

La Poste a clos le premier semestre 2021 avec un bénéfice consolidé de 247 millions de francs. Par rapport à l’exercice précédent, le bénéfice a progressé de 217 millions. Cette amélioration du résultat s’explique principalement par la croissance du volume des colis, mais aussi par le fait que la pandémie de Covid-19 et le confinement avaient lourdement pesé sur celui du premier semestre 2020, a annoncé jeudi la Poste.

Si le bénéfice consolidé a progressé de 217 millions entre 2020 et 2021, il est toutefois resté relativement stable par rapport au premier semestre 2019 – le dernier exercice avant la pandémie.

Hausse du prix des lettres

En accord avec le Surveillant des prix, la Poste augmentera le tarif des lettres du courrier A de 10 centimes et celui des lettres du courrier B de 5 centimes à partir de janvier 2022. Il s’agit de la première augmentation du prix des lettres depuis 18 ans.

Le prix des colis restera inchangé. La Poste laisse ces prix inchangés afin de soutenir les entreprises suisses dans cette période économiquement difficile, dit-elle.

Boom du commerce en ligne

Le volume des colis a connu une hausse de 15,8% par rapport à l’exercice précédent. Cette croissance est due au boom persistant du commerce en ligne ainsi qu’au changement de comportement des clients, qui s’est encore accentué à la suite du durcissement des mesures de lutte contre le coronavirus, début 2021. Les gens passent de plus en plus de commandes en ligne et se font livrer les marchandises à domicile par la Poste.

De janvier à fin juin 2021, la Poste a distribué 105 millions de colis, contre un peu plus de 90 millions durant la même période de l’exercice précédent. 

par Nicole Cajeux