La production suisse de cigarettes fermement défendue

Le Conseil des Etats veut aussi que les producteurs suisses puissent continuer d'exporter hors d'Europe des cigarettes dont la teneur en substances nocives dépasse les normes européennes. Mais la motion de Laurent Favre a été votée lundi dans une version assouplie: le chapitre tabac n'est pas «exclu» des négociations avec l'Union européenne dans le domaine de la santé, comme le voulait le Conseil national.
05 août 2015, 15:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les producteurs suisses doivent pouvoir exporter au tarif qu'ils entendent.

De justesse, par 17 voix contre 16, le Conseil des Etats a préféré «charger le Conseil fédéral de tout mettre en œuvre» pour que les cigarettes produites en Suisses puissent  continuer d’être exportées hors de l’UE. C’est-à-dire surtout en Asie et au Moyen-Orient. Le Conseil fédéral garde ainsi une marge de manœuvre dans la négociation. Une victoire pour Laurent Favre, pour qui Bruxelles n’avait pas à dicter à la Suisse sa politique d’exportation.

Ce sont environ 5000 emplois en Suisse qui sont ainsi préservés, notamment sur le site de Philip Morris à Neuchâtel, sans parler des retombées fiscales de cette activité.