Réservé aux abonnés

La Suisse doit mieux soutenir ses carrières scientifiques

Les experts de la politique scientifique pointent des déficiences.
05 oct. 2015, 23:02 / Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Astrid Epiney, Praesidentin Schweizerischer Wissenschaftsrat SWIR, Mitte, spricht an der Seite von Gerd Folkers, Vizepraesident SWIR, links, und Staatssekretaer Mauro Dell'Ambrogio, rechts, waehrend einer Medienkonferenz anlaesslich des 50-Jahre-Jubilaeums des SWIR, am Montag, 5. Oktober 2015 in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Le Conseil suisse de la science et de l’innovation (CSSI) a cinquante ans, et tout son mordant. Pour son anniversaire, il demande une chose: qu’on lâche la grappe aux chercheurs.

Cet aréopage d’une quinzaine de scientifiques de toutes disciplines ne distribue pas de subvention, et ne décide rien. C’est l’organe consultatif de la Confédération en matière de politique de recherche et d’innovation. Il établit des rapports et rédige des recommandations, à la demande du politique, ou de sa propre initiative.

«Le conseil excelle à anticiper les problématiques qui vont se poser dans le monde de la rech...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois