La Suisse et le Liechtenstein discutent échange automatique d'informations

La Suisse et son petit voisin du Liechtenstein doivent réguler leur fiscalité commune. Lundi, on a évoqué l'échange automatique d'informations, la double imposition et les frontaliers.
07 août 2015, 13:31
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Jacques de Watteville, secrétaire d'Etat, mène les discussions avec le Liechtenstein qui aimerait taxer les frontaliers helvétiques à hauteur de 22 millions.

L'échange automatique d'informations a été au coeur des discussions entre le Liechtenstein et la Suisse. Le secrétaire d'Etat Jacques de Watteville a rencontré lundi le chef du gouvernement de Vaduz, Adrian Hasler, pour parler stratégie et politique financière.

La stratégie de la place financière des deux pays et son développement par rapport à l'échange automatique d'informations a été au menu des discussions, a indiqué le gouvernement liechtensteinois.

Un accord contre les doubles impositions entre les deux pays a également été abordé. Le Liechtenstein souhaiterait instaurer une imposition des frontaliers, et ainsi récolter 22 millions de francs par an. Cette mesure est clairement rejetée par les communes frontalières suisses.