Réservé aux abonnés

La Suisse italienne et romande en concurrence

Les Tessinois espèrent récupérer un siège avec Marina Carobbio. Des Romands refusent d'en faire les frais.
03 août 2015, 19:48
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5505196

Marina Carobbio permettra-t-elle à la Suisse italienne de retrouver sa place au Conseil fédéral? Une première réponse tombera vendredi avec la désignation, par le groupe parlementaire socialiste à Berne, des candidats officiels du parti en vue de l'élection du 14 décembre.

Bien que Marina Carobbio refuse elle-même d'être réduite au rang de candidate de la Suisse italienne, elle n'en est pas moins soutenue par la députation tessinoise à Berne. "L'absence d'un conseiller fédéral n'est pas préjudiciable à la Suisse italienne, mais au pays tout entier, comme le montrent nos relations catastrophi...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois