La Suisse se retrouve au 11e rang mondial du classement climatique

L'édition 2015 du classement climatique par pays a été présentée lundi lors de la conférence sur le climat, à Lima. La Suisse occupe désormais le 11e rang, soit trois de moins que l'an dernier. Le Danemark conserve sa place de No1.
07 août 2015, 14:32
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
le Climate Action Networks (CAN Europe) et l'organisation de développement Germanwatch, compare les émissions de CO2 par habitant, l'évolution des émissions de CO2, ainsi que la politique climatique de 58 pays.

L'édition 2015 du classement climatique par pays a été présentée lundi à la conférence de l'ONU sur le climat, à Lima. En une année, la Suisse y a reculé du 8e au 11e rang. Le Danemark maintient sa première place, alors que l'Arabie reste lanterne rouge.

Ce classement, établi par le Climate Action Networks (CAN Europe) et l'organisation de développement Germanwatch, compare les émissions de CO2 par habitant, l'évolution des émissions de CO2, ainsi que la politique climatique de 58 pays.

Les résultats de la Suisse sont nettement moins bons que l'an dernier en matière de politique climatique internationale, annonce le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans un communiqué. Le Conseil fédéral a ainsi refusé d'augmenter l'objectif de réduction des gaz à effet de serre pour 2020, contrairement à de nombreux autres pays, bien que la loi sur le CO2 le prévoie.

La Suisse et la communauté internationale veulent maintenir le réchauffement global en dessous de la barre dangereuse des deux degrés. Pour y parvenir, notre pays doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre indigènes de 60% d'ici 2030.

Energies renouvelables

Le tournant énergétique amorcé a en revanche permis à la Suisse de s'améliorer dans la catégorie de la politique climatique nationale. Le WWF estime par conséquent que les chances sont ainsi bonnes de la voir progresser enfin sur le front du développement des énergies renouvelables.

Elle est en effet bien moins bonne élève que la plupart des autres pays dans ce domaine. Elle est même classée parmi les derniers en ce qui concerne les émissions du trafic aérien, pourtant déjà responsables de 16% de l'impact sur le climat.

Image peu reluisante

La tête du classement par pays est à nouveau occupée par le Danemark, où l'énergie éolienne n'est pas seulement devenue la source de courant la plus importante, mais aussi la plus avantageuse. Il est suivi de la Suède, où les émissions de gaz à effet de serre des ménages ont reculé de 70% en cinq ans grâce à la suppression systématique des chauffages à gaz et à mazout.

"L'image donnée par ce classement reste toutefois peu reluisante dans l'ensemble", selon le WWF.