Réservé aux abonnés

La trisomie 21 passée sous silence

12 avr. 2016, 00:07 / Màj. le 12 avr. 2016 à 00:01
This undated picture provided by Schering AG shows an employee withdrawing deep-frozen cells for in-vitro culturing. German pharmaceutical company Schering AG Wednesday, Feb 9, 2005,  reported a 23 percent rise in fourth quarter net profit thanks to rising sales of high-margin contraceptives, a lower tax rate and cost savings. (KEYSTONE/AP Photo/Schering) === EDITORIAL USE ONLY     MANDATORY CREDIT === DEUTSCHLAND PHARMA SCHERING

CHRISTIANE IMSAND

C’est une campagne qui donne une impression de déjà-vu. Partisans et adversaires du diagnostic préimplantatoire (DPI) se sont déjà affrontés l’été dernier, avant l’adoption de l’article constitutionnel qui autorise le recours à une analyse permettant de sélectionner un embryon sain en cas de fécondation in vitro. La campagne repart pourtant à zéro avec le vote sur la législation d’application qui aura lieu le 5 juin.

Peur de l’eugénisme, dévalorisation des personnes avec handicap, droit des couples à choisir: tout a déjà été dit car on connaissait le contenu exact de ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois