Réservé aux abonnés

La victoire de l’UDC a des limites

La progression de la droite aura des conséquences concrètes sur la politique fédérale. Elles ne seront pas univoques. Etat des lieux sur quatre dossiers chauds.
20 oct. 2015, 00:08 / Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
SVP Praesident Toni Brunner spricht zu Medienleuten in der Wandelhalle des Nationalrats im Bundeshaus, am Tag der eidgenoessischen Wahlen, am Sonntag, 18. Oktober 2015 in Bern. Die TV- und Radiostationen der SRG SSR senden am Wahltag zum ersten Mal einen Teil ihrer Berichterstattung direkt aus dem Parlamentsgebaeude. (KEYSTONE/Alessandro della Valle) SCHWEIZ WAHLEN 2015 BUNDESHAUS WAHLSTUDIO

Le virage à droite du Conseil national ne va pas seulement peser sur l’élection du Conseil fédéral. Il se répercutera aussi sur les travaux législatifs en cours. «Nous allons nous battre pour une plus grande rigueur financière», avertit le vice-président de l’UDC Claude-Alain Voiblet. Les majorités continueront cependant à fluctuer selon les dossiers. Il faut aussi tenir compte de la composition différenciée des deux Chambres.

L’UDC et le PLR, avec le renfort des trois sièges de la Lega et du MCG, disposent désormais d’une majorité absolue de 101 sièges dans la Chambre du peuple. Par contre, le...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois