Réservé aux abonnés

Le boycott des syndicats pèse sur la discussion

Bruxelles reconnaît que les turbulences suisses sur les mesures d’accompagnement ne facilitent pas les négociations.
10 août 2018, 00:01
/ Màj. le 10 août 2018 à 00:01

Les turbulences internes en Suisse sur les mesures d’accompagnement n’impressionnent pas l’Union européenne (UE). Bruxelles reconnaît cependant que le boycott des syndicats helvétiques (lire notre édition d’hier) ne facilite pas les négociations sur un accord-cadre.

Il s’agit d’un processus interne à la Suisse, sur lequel l’UE ne peut pas se prononcer, a déclaré Mina Andreeva, porte-parole de la Commission européenne, hier, devant la presse, à Bruxelles. La Commission s’est beaucoup et longuement investie dans les négociations et elle est prête à les poursuivre.

S’en tenir aux règles

La porte-par...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois