Le Conseil des Etats pour la prolongation de la loi Covid

La situation actuelle très préoccupante sur le front des infections justifie une prolongation de plusieurs mesures en vue de 2022, selon les Etats qui ont approuvé ce mercredi les propositions de révision de la loi Covid-19 du Conseil fédéral.
01 déc. 2021, 12:26
/ Màj. le 01 déc. 2021 à 13:17
Le Conseil des Etats a approuvé mercredi sans opposition les propositions de révision de la loi Covid-19 du Conseil fédéral.

Plusieurs mesures visant à soutenir les secteurs d’activité particulièrement touchés par la pandémie doivent être prolongées en vue de 2022. Le Conseil des Etats a approuvé mercredi sans opposition les propositions de révision de la loi Covid-19 du Conseil fédéral.

La plupart des dispositions de la loi doivent prendre fin en décembre 2021. Mais La situation est très préoccupante au vu des contaminations dont personne n’aurait imaginé l’ampleur il y a une semaine, a déclaré pour la commission Paul Rechsteiner (PS/SG). Une prolongation de la base légale pour gérer une future crise s’impose. Une politique que le peuple a plébiscitée dimanche, a-t-il précisé.

On offre la possibilité au Conseil fédéral de recourir à ces instruments en cas de nécessité.
Charles Juillard (Centre/JU)

Aujourd’hui, au vu de l’évolution imprévisible de l’épidémie, la révision visant à proroger les instruments pour amortir le choc dans l’économie, la culture ou le sport sont plus nécessaires que jamais, a renchéri Charles Juillard (Centre/JU). "On offre la possibilité au Conseil fédéral de recourir à ces instruments en cas de nécessité».

Le ministre de la santé Alain Berset a abondé: avec cette base légale à disposition, cela permet de réagir très rapidement en fonction de l’évolution de l’épidémie.

UDC isolée

L’UDC a été bien seule pour demander un retour à la normalité plus rapide. La situation actuelle qui nécessite une loi spéciale recèle un gros potentiel explosif, selon Hannes Germann (UDC/SH). Le peuple accepte des mesures dûment justifiées, mais pour une période limitée. «Il faudra bien vivre un jour avec ce virus, bon gré mal gré».

Concrètement, Jakob Stark (UDC/TG) aurait voulu limiter les dispositions de la loi Covid-19 à fin juin 2022. Mais on ne vote pas ici sur la durée de la pandémie, mais sur la durée des mesures pour y faire face, a rétorqué Paul Rechsteiner. Alain Berset a aussi plaidé pour une prolongation sur une année civile. Des arguments qui ont fait mouche: la proposition UDC a été rejetée par 28 voix contre 10.

Les discussions se sont surtout focalisées sur les prestations de soutien dans le domaine professionnel en cas de nouvelles fermetures d’entreprises ou interdiction de manifestations.