Le dalaï-lama est reçu par des élus fédéraux dès samedi

Le dalaï-lama sera reçu par des élus du parlement dès samedi, dont la présidente du Conseil national. Mais le maître spirituel du Tibet ne rencontrera pas le Conseil fédéral.
07 août 2015, 11:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le dalaï-lama sera en visite en Suisse à partir de samedi pour donner une série d'enseignements et d'initiations ainsi qu'une conférence publique.

Le dalaï-lama sera en visite en Suisse à partir de samedi pour donner une série d'enseignements et d'initiations ainsi qu'une conférence publique. Il rencontrera des élus du parlement, dont la présidente du Conseil national Maya Graf, mais ne sera pas reçu par le Conseil fédéral.

Membre de l'Intergroupe parlementaire Suisse-Tibet, le conseiller national Robert Cramer (Verts/GE) se réjouit. "Nous allons profiter de cette rencontre assez exceptionnelle avec le dalaï-lama pour recevoir des informations de sa part. Il faut qu'il sache qu'un groupe de parlementaires représentant tous les partis le soutient", a-t-il déclaré à l'ats.

Pour le Genevois, "l'attitude du gouvernement ne dénote pas d'un très grand courage, mais ce n'est pas une révélation. Ce devrait être en revanche une préoccupation." Il estime qu'en tant que pays abritant la plus importante colonie tibétaine hors d'Asie et dépositaire des conventions de Genève, la Suisse pourrait s'engager davantage pour la défense des droits de l'homme.

"Des chefs d'Etat comme Barack Obama ou Angela Merkel ont reçu le dalaï-lama. Cela n'aurait pas représenté de difficulté diplomatique de le recevoir également", renchérit la conseillère nationale Doris Fiala (PLR/ZH).

Pas de demande officielle

Interrogé par l'ats, le Département des affaires étrangères (DFAE) répond que le Conseil fédéral n'a pas "décidé" de ne pas recevoir le leader tibétain. "Il n'a pas reçu de demande en ce sens", explique-t-il.

Il rappelle que le dalaï-lama, qui vient "régulièrement" en Suisse, a été reçu par le passé par des membres du Conseil fédéral ou du parlement, ainsi que des présidents du Conseil national. Il relève aussi que le chef spirituel tibétain "sera personnellement reçu" par la présidente du Conseil national le 16 avril au Palais fédéral.

Quant au reproche de s'être laissé intimider par Pékin, le DFAE le repousse. "Les efforts menés pour le respect des droits de l'homme en Suisse, y compris ceux de la communauté tibétaine, font partie intégrante de la collaboration bilatérale et du dialogue politique de la Suisse avec la Chine", indique-t-il.

Et le DFAE de rappeler que, "lors des deux dernières sessions du Conseil des droits de l'homme, la Suisse a exprimé sa position quant à la situation des droits de l'homme en Chine et a lancé un appel très clair aux autorités de Pékin. Les problèmes de droits de l'homme sont également abordés, régulièrement, par le biais de démarches bilatérales ou multilatérales."

Cartes postales

L'Association Amitié Suisse-Tibet (AAST) juge pour sa part "incompréhensible" que le dalaï-lama ne soit pas reçu par le gouvernement. En réaction, elle a lancé une campagne de cartes postale permettant à la population de réclamer davantage de soutien du Conseil fédéral à la cause tibétaine.

Les 3500 cartes postales reçues depuis début février seront remises à la Chancellerie fédérale le 15 avril, explique sa cheffe de campagne, Valérie Trüb-Trachsel. Pour elle, "il ne s'agit plus de changer quelque chose cette année, mais à l'avenir".

Les membres de l'AAST considèrent en effet que, bien qu'ayant cédé toute fonction politique au gouvernement en exil, "la personnalité du dalaï-lama est suffisamment prestigieuse pour être reçue par notre gouvernement".

A Fribourg, Lausanne et Berne

Suite au succès rencontré lors de sa visite en 2009 à Lausanne, le leader spirituel tibétain revient donc à la rencontre du public suisse, et en particulier romand. Il répond à l'invitation de la communauté bouddhiste internationale Rigdzin, de la FPC-Tibet Foundation et de la FPMT Swiss Foundation.

Samedi et dimanche, le prix Nobel de la paix 1989 sera à Forum Fribourg pour y donner une série d'enseignements et d'initiations ainsi qu'une conférence publique sur "l'éthique au-delà des religions". Selon le site www.dalailama2013.ch, l'événement est complet et il n'y aura pas de billets en vente sur place.

Le chef spirituel s'arrêtera lundi à l'Université de Lausanne pour y rencontrer des scientifiques et mardi à celle de Berne pour s'adresser aux étudiants. Ces deux événements ne sont pas publics, mais seront retransmis en direct sur internet. Le 17 avril, il achèvera sa visite à l'institut tibétain de Rikon (ZH).