Réservé aux abonnés

Le dalaï-lama ne provoque pas la Chine

Le chef spirituel bouddhiste a été reçu par une délégation parlementaire au Palais fédéral. Il lui a laissé jouer la carte politique. Le Conseil fédéral était aux abonnés absents.
07 août 2015, 11:15
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6974937.jpg

Après la spiritualité, place à la politique. A l'occasion de la session spéciale du Conseil national, le dalaï-lama a poursuivi hier son périple helvétique par un passage au Palais fédéral. La mécanique était parfaitement huilée: salutations aux nombreux Tibétains qui attendaient l'arrivée de la limousine, photo souvenir devant les Trois Suisses du hall d'entrée, discussion avec la présidente de l'Assemblée fédérale Maya Graf et les membres de l'intergroupe parlementaire Tibet, conférence de presse...

Mais il a eu beau s'attarder, aucun conseiller fédéral n'a surgi "par hasard" pour le saluer...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois