Le glyphosate, herbicide le plus utilisé au monde, ne sera pas interdit en Suisse

Le glyphosate, qui pourrait être cancérigène, ne sera pas interdit en Suisse, suite à une décision du National ce jeudi. Les connaissances scientifiques actuelles ne justifient pas d'intervenir, selon le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann.
16 mars 2017, 12:13
/ Màj. le 16 mars 2017 à 12:15
Une agence onusienne a réévalué en 2015 la dangerosité du glyphosate, qui pourrait être cancérogène pour l'homme. (illustration)

Le glyphosate ne doit pas être interdit en Suisse. Le Conseil national a rejeté jeudi par 119 voix contre 68 un postulat de Louis Schelbert (Verts/LU) qui demandait au moins une réévaluation de la dangerosité et des autorisations accordées à cet herbicide.

Une agence onusienne a réévalué en 2015 la dangerosité du glyphosate, qui pourrait être cancérogène pour l'homme, a plaidé le député écologiste. Cet herbicide est le plus utilisé au monde et se retrouve notamment dans le Roundup du géant de la chimie Monsanto.

 

Etudes peu fiables

Les études contradictoires ne sont pas fiables, des chercheurs ont été soupçonnés de conflit d'intérêts, a poursuivi Louis Schelbert. Il faut donc continuer à se pencher sur la question.

Les connaissances scientifiques actuelles ne justifient pas d'intervenir, selon le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann. Et l'Agence européenne des produits chimiques a décidé mercredi de ne pas classer le glyphosate comme cancérogène.

Le National avait déjà refusé l'an dernier de donner suite à une pétition émanant de plusieurs associations dont Greenpeace et la Fédération romande des consommateurs.