Le nombre de comas éthyliques est en recul chez les jeunes

Depuis le pic de 2008, le nombre de personnes traitées pour une intoxication à l'alcool a diminué chaque année dans toutes les catégories d'âges, mais surtout chez les jeunes de 10 à 23 ans.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Durant la Coupe du monde, des millions de jeunes seront exposés aux campagnes marketing des alcooliers.

Les cas de comas éthyliques chez les jeunes sont en diminution constante depuis 2008. Le diagnostic de dépendance à l'alcool est également moins fréquemment posé qu'il y a dix ans. Mais les professionnels des addictions mettent en garde: chaque année, environ 25'000 personnes sont hospitalisées en Suisse pour une intoxication ou une dépendance alcoolique.

Depuis le pic de 2008, le nombre de personnes traitées pour une intoxication à l'alcool a diminué chaque année dans toutes les catégories d'âges, selon une étude réalisée par la fondation Addiction Suisse pour le compte de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Elle analyse les données des hospitalisations de 2003 à 2012.

La diminution la plus forte est constatée dans la catégorie des 10-23 ans, avec un recul de 19% des intoxications. Le nombre d'hospitalisations pour cette tranche reste cependant supérieur d'environ 60% à celui de 2003, "un niveau préoccupant", selon Addiction Suisse. Chez les jeunes, c'est la tranche des 14-15 ans qui est le plus fréquemment hospitalisée pour intoxication alcoolique.

Pas un phénomène de jeunes

Sur les 11'679 personnes hospitalisées en 2012 pour cette raison, seuls 9% étaient âgées de moins de 24 ans. "Cela montre que ce n'est pas un phénomène lié à la jeunesse", selon Mathias Wicki, auteur de l'étude.

Les 45-54 ans sont les plus représentés avec 2464 cas. Par rapport à l'ensemble de la population, les 65-74 ans se classent cependant en tête avec près de 2,5 personnes hospitalisées pour 1000 cas.

En 2012, 17'156 personnes ont été traitées à l'hôpital pour dépendance à l'alcool. La fréquence de ce diagnostic augmente avec l'âge. Ces hospitalisations ont reculé de 28% par rapport à 2003 sur l'ensemble des tranches d'âge. Cela est notamment dû au fait qu'une partie des traitements se déroule désormais dans le cadre d'autres institutions que des hôpitaux, explique Addiction Suisse.

Pointe de l'iceberg

Les auteurs de l'étude mettent cependant en garde: les données analysées ne reflètent pas l'entier du phénomène des intoxications alcooliques. Elles ne comptabilisent que les cas de traitement stationnaire. Les personnes ivres raccompagnées à la maison par la police, les traitements dans les cabinets médicaux ou les traitements ambulatoires ne sont pas recensés au niveau national.