Le SECO met en garde contre des inscriptions frauduleuses à l'annuaire

Le Secrétariat d'Etat à l'économie appelle à ne pas répondre aux offres frauduleuses qui demandent aux entreprises d'envoyer leurs données pour une soi-disant inscription dans un registre du commerce.
07 août 2015, 14:31
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
The Twitter entry portal displayed on a laptop, pictured on July 5, 2012, in Zurich, Switzerland. (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Die Einstiegsseite von Twitter, angezeigt auf einem Laptop. Aufgenommen am 5. Juli 2012 in Zuerich. (KEYSTONE/Gaetan Bally)

Des escrocs cherchent à se faire de l'argent par le biais de prétendues inscriptions dans des registres du commerce. Suite à de nombreuses réclamations, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) appelle à ne pas répondre à ces offres frauduleuses ou à les contester.

Les entreprises visées reçoivent par fax un formulaire intitulé "Handelsregisterdatenbank" ou "Handelsregisterdatenbank Schweiz", qui ressemble à s'y méprendre à une inscription dans des annuaires officiels ou au registre du commerce. Les victimes sont invitées à contrôler leurs données, puis à renvoyer un formulaire signé.

Ces messages n'ont rien à voir avec les offices du registre du commerce officiels, bien que l'utilisation de la croix suisse et l'indication "Schweiz" puissent induire en erreur, indique jeudi le SECO dans un communiqué.

En renvoyant le fax signé, une entreprise s'engage à respecter les termes d'un contrat indiqués en tout petits caractères. La signature vaut conclusion d'un contrat en vue de figurer sur un portail en ligne pour une durée de 24 mois.

Facture de plus de 2000 francs

Les victimes reçoivent alors une facture de plus de 2000 francs provenant de l'entreprise Preventos Limited ou de la Handelsregisterdatenbank Schweiz. Tout semble indiquer que les escrocs agissent depuis l'étranger, dit le SECO. Le siège de la société de recouvrement Preventos Ltd se trouve à Malte, tandis que les factures sont envoyées de Vienne.

Le SECO estime que les formulaires utilisés contreviennent aux dispositions de la loi fédérale contre la concurrence déloyale. Il recommande aux éventuelles victimes de ne pas payer la facture et de contester le contrat par courrier recommandé pour cause de tromperie.