Le Tribunal pénal fédéral maintient en prison l'Irakien qui soutenait l'Etat islamique

Alors que le jugement n'est pas encore entré en force, le Tribunal pénal fédéral a confirmé le maintien en détention de l'Irakien condamné pour avoir soutenu l'Etat islamique.
20 oct. 2016, 15:41
/ Màj. le 20 oct. 2016 à 15:42
Pour le TPF, le risque de fuite est trop important pour envisager une remise en liberté.

Un ressortissant irakien condamné par le Tribunal pénal fédéral (TPF) à quatre ans et huit mois de prison pour soutien à l'Etat Islamique reste en détention même si le jugement contre lui n'est pas encore entré en force. Détenu depuis 2014, l'homme a recouru contre le verdict.

Il a été reconnu coupable en mars dernier de participation à une organisation criminelle. En raison de la durée de la détention préventive subie avant le jugement et de la période d'incarcération intervenue depuis, il a déjà purgé plus de la moitié de la peine prononcée par les juges de Bellinzone.

Dans un arrêt diffusé jeudi, le TPF considère que les conditions d'un maintien en détention pour motifs de sûreté sont réalisées. Il est d'avis que les risques de fuite de cet Irakien, qui est paraplégique, sont importants. L'intéressé n'a pas de réseau social en Suisse et ne peut guère espérer trouver du travail en raison de son invalidité.

Le TPF juge par ailleurs que l'homme est en mesure de se déplacer en dépit de son handicap. Il l'a fait avant d'arriver en Suisse et a, de plus, des contacts avec des passeurs.

Le recours contre la condamnation de l'Irakien à quatre ans et huit mois de prison est toujours pendant devant le Tribunal fédéral.