Les CFF comptent réintroduire des WC gratuits dans les gares

Pour éviter de débourser un pécule pour les toilettes payantes, les usagers des CFF utilisent les WC des trains à l'arrêt.
03 août 2015, 21:36
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Andreas Meyer, CEO des CFF préconise la réouverture des WC gratuits dans les gares.

Les CFF vont proposer davantage de WC gratuits dans les gares. De tels travaux sont prévus dans les budgets 2012. Le directeur des CFF Andreas Meyer fait cette annonce dans une interview dans la «NZZ am Sonntag».

De nombreux passagers utilisent les WC des trains à l'arrêt pour éviter de débourser un pécule pour les toilettes payantes des gares. C'est pourquoi «nous allons réintroduire des toilettes publiques gratuites», promet M. Meyer. «Mais nous devons encore négocier la prise en charge des nettoyages avec les villes et les communes où nous n'avons pas le personnel nécessaire».

Davantage de commerces

Les CFF ont encore d'autres projets pour les gares: en prenant le Japon pour modèle, ils veulent donner davantage de places aux commerces. «Les gares japonaises possèdent de véritables grandes surfaces. Elles utilisent donc mieux que nous les flux de passagers dans un but commercial, pour exploiter leurs entreprises de transports ferroviaires de manière financièrement saine».

Les gares japonaises proposent aussi de grandes places de rencontres. A Kyoto, un grand escalier accueille des concerts. «Le Japon nous a donné le courage de développer ce mélange original et nos idées ont pris une plus grande ampleur», dit Andreas Meyer.

Le directeur des CFF défend vivement le durcissement face aux resquilleurs et aux sacs sur les sièges. «C'est insupportable ce que que nos conducteurs doivent en partie subir. Cette année, l'un d'eux a été mordu au nez».

Lutter contre la resquille

«Quand nous sommes alors obligés de faire appel au bon sens et aux bonnes manières, on nous reproche tout de suite une culture d'interdiction», s'indigne Andreas Meyer.

En luttant contre la resquille, les CFF veulent éviter que le prix des billets n'augmente encore davantage. «Sur certaines lignes névralgiques comme Fribourg-Berne, Winterthour-Zurich ou Liestal- Bâle, nous aurons un peu moins de passagers qui prennent le risque de voyager sans titre de transport».

Les CFF s'attendent donc à des recettes supplémentaires en millions à deux chiffres. Du coup, «nous ne devons pas procéder à des hausses de prix pour nos clients honnêtes», conclut M. Meyer.