Les enquêteurs valaisans se rendront en Belgique

Les enquêteurs valaisans se rendront en Belgique pour de nouvelles auditions afin de tenter de déterminer l'exact déroulement des faits avant l'accident de car qui a fait 28 morts. Peu avant l'impact fatal mardi soir à Sierre , les enfants ont vu s'enclencher les appareils DVD.
05 août 2015, 16:05
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Sierre. 13.03.2012. Accident d autocar dans le tunnel autoroute A9 direction Sion. (Le Nouvelliste-Andree-Noelle Pot)

«Les écrans se sont allumés et les enfants ont vu s'inscrire le  menu pour un film», a déclaré à l'ats Olivier Elsig, procureur du  Valais central, revenant sur une information du «Matin Dimanche».  Mais il ne dispose pas de témoignage attestant la présence d'une  tierce personne à l'avant du car qui aurait pu distraire le  chauffeur. En revanche, ce dernier n'a pas manipulé le DVD.

La police a déjà établi un plan permettant de situer la position  des personnes décédées mais ne peut rien affirmer sur la présence  d'un professeur qui aurait quitté sa place pour mettre un DVD, que  ce soit par le biais du relevage des corps ou grâce aux caméras de  surveillance du tunnel. Seule certitude, les adultes étaient assis à  l'avant du car.

Nouvelles auditions des enfants

Pour éclairer ces zones d'ombres, les enquêteurs se rendront  probablement dans une semaine en Belgique pour auditionner une  nouvelle fois les enfants et pour d'autres aspects liés à l'enquête,  a indiqué M. Elsig. Il a précisé qu'une personne spécialisée dans  les auditions d'enfants serait du voyage.

«Ces rencontres se feront avec l'accord préalable des familles et  seulement si l'état psychologique des témoins le permet», a souligné  le procureur valaisan. Les premiers témoignages ont été recueillis  en Valais à l'hôpital. En Belgique, les enquêteurs évalueront si  l'état des enfants permet de les entendre dans un poste de police  pour être filmés.

Pour l'heure, les analyses portent sur toutes les traces de pneus  qui ont été relevées. Ces indices montrent que le car a  effectivement touché la paroi de droite, puis s'est légèrement dévié  sur la gauche avant de s'encastrer dans le mur de la niche à droite.  Des géomètres sont à l'oeuvre pour décrire avec précision la  trajectoire du car et déterminer la vitesse à laquelle il roulait,  selon M. Elsig.

Autopsie pas terminée

Quant à l'expertise du car, des spécialistes recrutés en Suisse  ont été mandatés mais les travaux n'ont pas encore commencé. Des  experts belges du constructeur d'autocars, Van Hool, pourraient se  rendre en Valais.

Enfin, au vu du caractère exceptionnel de cet accident, le Centre  universitaire romand de médecine légale (CURML) va procéder à des  analyses complémentaires sur les prélèvements pratiqués sur le corps  du chauffeur au volant, selon le procureur. Le procureur n'a pas  voulu se prononcer sur l'identité du chauffeur.

Une fillette rapatriée

Quant aux blessés, la fillette qui était soignée à l'hôpital de  l'Ile à Berne, a été rapatriée samedi matin en Belgique à bord d'un  avion médicalisé. L'enfant, âgée de 11 ans, a rejoint l'hôpital  universitaire de Louvain. Elle a eu un bras et les deux jambes  cassés, et souffre d'une commotion cérébrale, selon le témoignage de  sa mère, interrogée par le quotidien néerlandophone «De Standaard».

Trois fillettes sont toujours hospitalisées au CHUV à Lausanne.  Elles ont été plongées dans un coma artificiel en raison d'atteintes  neurologiques. L'une d'entre elles s'est réveillée vendredi et a pu  échanger avec son entourage. Leurs parents sont à leurs côtés.

Obsèques

En Belgique, les préparatifs en vue des cérémonies funèbres se  sont poursuivies. L'une aura lieu mercredi à 10h30 en hommage aux 17  victimes originaires de Lommel, l'autre est organisée jeudi à partir  de 11h00 à Louvain pour les sept enfants de Heverlee. Les  funérailles de leur professeur et de leur accompagnatrice ainsi que  celles des deux chauffeurs auront lieu séparément.

Le roi Albert II et la reine Paola assisteront aux deux  cérémonies, mercredi et jeudi. Le Premier ministre néerlandais,  ainsi que le prince Willem-Alexander et la princesse Maxima, seront  également présents. Cinq des victimes sont originaires des Pays-Bas.