Les gardes-frontière suisses devraient être équipés de fusils d'assaut

Face à la menace terroriste persistante, les autorités suisses prennent des mesures. A l'instar de plusieurs corps de polices, les gardes-frontière devraient être prochainement équipés de fusils d'assaut.
12 déc. 2016, 17:15
/ Màj. le 12 déc. 2016 à 17:18
Les gardes-frontière font face aux mêmes menaces que les policiers et ils doivent donc être équipés en conséquence (illustration).

Après certaines polices cantonales, les gardes-frontière seront probablement aussi équipés de fusils d'assaut pour être mieux armés face à aux terroristes et à la grande criminalité. Un projet en ce sens a été lancé par le Département fédéral des finances (DFF), auquel est rattaché le Corps des gardes-frontière.

Pour ce projet, des synergies seront recherchées avec le Département fédéral de la défense (DDPS), a indiqué lundi le Conseil fédéral, en réponse à une question du conseiller national Pierre-Alain Fridez (PS/JU). Le gouvernement n'a pas donné davantage de détails.

Dans son intervention, M. Fridez soulignait que les douaniers, face à des personnes volontiers en possession d'armes de guerre, se trouvent confrontés aux mêmes risques que les policiers. Leurs pistolets 9 mm ou leurs mitraillettes légères ont un périmètre de tir limité pour assurer précision et efficacité et ne feraient pas le poids face à une kalachnikov.

Fusils d'assaut commandés

Fin novembre, la télévision publique alémanique SRF avait révélé que plusieurs corps de police suisses s'équipent de fusils d'assaut afin de mieux faire face à la menace terroriste. La police cantonale bernoise fait partie des corps qui ont acheté de telles armes, avait confirmé Stefan Blättler, son commandant, qui préside la Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS).

M. Blättler avait ajouté que "plusieurs" autres corps se sont également armés, sans préciser lesquels. La police cantonale argovienne s'était déjà procuré 50 nouveaux fusils d'assaut en 2015 suite à la menace terroriste en Europe.