Les hôteliers suisses ont bu la tasse en juin

Le nombre de nuitées est demeuré stable au premier semestre 2014 en Suisse, avec un mois de juin pourtant exécrable et une demande étrangère légèrement en repli.
07 août 2015, 14:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
De mauvais chiffres sont également annoncés pour le mois de juillet avec une météo froide et maussade.

L'hôtellerie suisse a connu la stabilité durant les six premiers mois de l'année 2014. Le nombre de nuitées a atteint 17,1 millions, soit un recul de 0,1% par rapport au premier semestre de l'année précédente. Au mois de juin par contre, les hôteliers ont bu la tasse: les nuitées ont chuté de 2,5%, à 3,2 millions.

Durant l'ensemble du semestre, les touristes indigènes ont été 0,1% plus nombreux (à 7,6 millions), selon les résultats provisoires de l'Office fédéral de la statistique (OFS) communiqués mardi. La demande étrangère s'est en revanche légèrement contractée (-0,2% à 9,5 millions de nuitées).

Le recul absolu le plus important est observé du côté des Allemands, avec 97'000 nuitées de moins (-4,2%). Constat semblable du côté de la Russie (-7%) et des Pays-Bas (-6,5%). L'Espagne enregistre elle un repli de 4,8%.

D'autres visiteurs ont en revanche davantage pris le chemin de la Suisse qu'à la même période en 2013. C'est le cas des Italiens, avec 27'000 nuitées supplémentaires (+6,1%). La France et le Royaume-Uni affichent une hausse de respectivement 1,6% et 1,2%.

Davantage d'Asiatiques

Les Asiatiques font état d'une progression de 6,3% (97'000 nuitées). La Chine (sans Hongkong) génère à elle seule 61'000 unités supplémentaires (+17,6%), la plus grande augmentation absolue de tous les pays de provenance. La Corée du Sud croît de 40,9% et les Pays du Golfe de 4,1%. Le Japon recule lui de 12,7%.

Les touristes américains inscrivent une hausse de 1,3%. Ceux provenant du continent océanique augmentent de 0,9%. L'Afrique se fait l'auteure d'une baisse de 5,1%.

Vaud à la peine, Genève en hausse

Au niveau des régions, la tendance est négative: sept d'entre elles, sur treize au total, enregistrent des reculs par rapport au premier semestre 2013. La plus touchée est le Tessin, avec 31'000 unités de moins (-3,1%).

La région de Berne et les Grisons observent une baisse de 3,2 et 0,8%. Vaud affiche un repli de 0,9%, suivi de Fribourg (-5,2%), du Valais (-0,4%) et de la région zurichoise (-0,3%).

D'autres zones touristiques peuvent par contre se réjouir. Lucerne et son Lac des Quatre-Cantons présentent la hausse absolue la plus marquée: 31'000 nuitées (+2%). Suivent l'Oberland bernois (+1,3%), la Suisse orientale (+1,7%), Genève (+0,9%) et le Jura & Trois-Lacs (+2,1%).

Juillet pluvieux: hôteliers inquiets

La branche attribue la stabilité du résultat à la météo favorable et aux bonnes conditions d'enneigement jusqu'à la fin de la saison hivernale en avril, écrit la faîtière hotelleriesuisse. Elle a encore de la peine à jauger la seconde partie de l'année, soulignant le recul des réservations à court terme en juillet en raison du temps froid et pluvieux.

L'organisation rappelle ses inquiétudes liées à l'actualité politique. Elle cite l'application de l'initiative contre l'immigration de masse, ainsi que celle de l'initiative contre les résidences secondaires. Concernant ce dernier objet, la branche salue à nouveau le projet de mise de oeuvre du Conseil fédéral.

Quant à la baisse accusée en juin, elle est avant tout due aux visiteurs étrangers (-3,6%, à 1,9 million de nuitées).

Régions font la moue

Les régions font plutôt grise mine: dix enregistrent des diminutions de nuitées par rapport à juin 2013. Comme au niveau des résultats semestriels, le Tessin observe la plus grosse régression absolue, avec 25'000 unités de moins (-8,7%).

L'OFS précise qu'afin de neutraliser l'effet de Pentecôte - ce congé s'est déroulé en juin cette année, contre mai en 2013 -, il convient de cumuler les résultats de mai et juin. Dans ce cas, la diminution générale du nombre de nuitées est limitée à 0,4%.