Réservé aux abonnés

Les micropolluants menacent surtout les petits et moyens cours d’eau

La charge de nitrate et de phosphore s’est réduite. Mais l’état biologique reste insuffisant dans 30% des cas.
15 juil. 2016, 01:25 / Màj. le 15 juil. 2016 à 00:01
Différents médicaments sous forme de gellules. Paris le 20/11/01 

Richard  Vialeron/Le Figaro 52761

D’un côté, le mauvais exemple: le Limpach, un petit cours d’eau bernois qui souffre de la pression de l’agriculture et dont le lit canalisé ne permet pas à la faune et à la flore de se développer. De l’autre, le bon exemple, l’Emme, une rivière au cours naturel qui serpente quelques kilomètres plus loin. L’Office fédéral de l’environnement (Ofev) a invité hier la presse sur les rives de ces deux cours d’eau pour illustrer les situations contrastées observables en Suisse. Des exemples représentatifs. Les petits cours d’eau constituent 75% du réseau hydrographique. Ce sont souvent les plus pollu...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois