Réservé aux abonnés

Les réseaux survivront à l'échec

Les réseaux de soins n'ont convaincu qu'un quart des électeurs. Mais ils devraient continuer à se développer... autrement.
06 août 2015, 10:01
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6135950.jpg

"Des réseaux, pourquoi pas, mais pas comme ça", ont dit les Suisses. Les électeurs ne veulent pas de la réforme qui devait conduire à la généralisation des réseaux de soins intégrés. Elle a été repoussée par 76% des suffrages et par l'ensemble des cantons. Le niet est particulièrement massif en Suisse romande, avec un record à 91,2% dans le canton de Vaud, probablement dû à l'opposition du conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard. "Nous avons perdu une occasion de freiner l'augmentation des coûts de la santé, mais cet échec ne sonne pas le glas des réseaux", commente le chef du Département fé...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an