Les risques liés aux OGM sont faibles en Suisse, conclut le Fonds national

Les risques que représente le génie génétique vert en Suisse sont faibles et le potentiel de cette biotechnologie n'est pas utilisé.
06 août 2015, 10:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'étude a cherché à évaluer les risques pour la santé et pour l'environnement liés aux cultures d'OGM en Suisse.

Les organsimes génétiquement modifiés (OGM) ne représenteraient pas un risque important en Suisse leur potentiel n'est pas utilisé. Telles sont les conclusions du Programme national de recherche PNR 59 présentées mardi à Berne.

Le PNR "Utilité et risques de la dissémination de plantes génétiquement modifiées" n'a mis en évidence aucun risque, ni pour la santé ni pour l'environnement, selon le Fonds national suisse (FNS).
 
Dans le cadre du PNR 59, onze projets de recherche ont étudié les possibles risques environnementaux du blé, du maïs ou des fraises transgéniques. Leurs auteurs arrivent au même résultat: ils n'ont pas été en mesure d'établir des effets négatifs sur les insectes utiles, les microorganismes ou la fertilité des sols.
 
Dans les conditions actuelles, le bénéfice économique du génie génétique appliqué aux plantes est modeste pour l'agriculture suisse. A l'avenir, il pourrait toutefois s'améliorer, avec l'entrée en jeu de variétés combinant différentes caractéristiques comme une résistance aux herbicides et aux maladies.