Les Vaudois ouvrent les candidatures au prix de l'intégration

Les candidatures au «Prix du Milieu du Monde», saluant les actions des Vaudois pour l'intégration, sont ouvertes.
05 août 2015, 15:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
integration

La Chambre cantonale consultative des immigrés (CCCI) lance les candidatures pour l’édition 2012 du «Prix du Milieu du Monde» qui sera remis le 9 juin 2012 à Renens lors des Assises vaudoises de l’immigration.

Ce prix récompense les collectivités ou personnes privées qui se sont illustrées par leur action à caractère exemplaire en faveur de la compréhension mutuelle entre les Vaudoises et Vaudois et les personnes étrangères établies dans notre canton. Les inscriptions se terminent le 20 avril.

Les candidatures pour le Prix du Milieu du Monde 2012 qui récompense les actions en faveur de l’intégration peuvent être déposées jusqu'au 20 avril 2012 sous format électronique. (Toutes les informations pratiques sont disponibles sur www.vd.ch/integration.)

Les candidatures au Prix du Milieu du Monde seront examinées attentivement par un jury indépendant, composé de personnalités publiques du canton et de membres de la Chambre cantonale consultative des immigrés.

Pour être retenu, le projet lauréat devra être à la fois novateur et participatif et s’adresser à un large public ; il devra également être emblématique et avoir valeur d’exemple. Le prix, doté d’un montant global de 5000 francs, sera remis le 9 juin 2012 à Renens, à l’occasion des Assises de l’immigration.

En 2011, le jury a récompensé l'établissement scolaire d'Aigle pour son programme d'échange avec l'école de Junik, au Kosovo.

Quand elle a créé le prix cantonal de l’intégration en 2009, la CCCI l’a baptisé « Prix du Milieu du Monde », du nom d’un lieu hautement symbolique du Pays de Vaud. Une partie du cours du Nozon, à Pompaples, fut autrefois détourné afin d’alimenter un moulin. Depuis l’endroit où se sépare désormais la rivière, appelé « Le Milieu du Monde », l'eau, source de la vie, traverse les frontières pour rejoindre le Rhin vers le Nord et le Rhône vers le Sud, gagnant ainsi « le Monde ».