Réservé aux abonnés

«Lex Therwil» mal partie dans l’affaire de la poignée de main

La poignée de main refusée par deux élèves à leur enseignante provoque un projet de loi très contesté. Votation cantonale en vue.
22 déc. 2016, 00:33
/ Màj. le 22 déc. 2016 à 00:51
Two people shaking hands in classroom as congratulating gesture Shaking hands at workshop

La poignée de main refusée par deux élèves fréquentant l’école secondaire de Therwil (BL) n’en finit pas de faire des vagues. Même si l’aîné des deux frères a désormais quitté l’école, le Conseil d’Etat de Bâle-Campagne a décidé d’inscrire noir sur blanc, dans la loi sur l’instruction publique, que les élèves doivent respecter les «valeurs et rituels locaux, tels que la poignée de main lorsqu’elle est pratiquée». La gauche et les spécialistes de droit sont très critiques.

Même la Constitution cantonale sera modifiée, si le projet, publié début décembre par le Conseil d’Etat, est adopté: le gouv...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois