Maltraitance animale: le canton d’Argovie prend des mesures

En février dernier, des policiers argoviens ont découverts dans une ferme d'Oftringen plusieurs animaux morts ou détenus dans des conditions déplorables. A la suite de cette affaire, le canton a mis en place un nouveau concept de contrôles.
06 mars 2020, 10:45
/ Màj. le 06 mars 2020 à 10:45
Des policiers en patrouille avaient d'abord trouvé un mouton mort dans un pâturage. (Archives)

Le canton d’Argovie prend des mesures après l’affaire de maltraitance animale à Oftringen. Les contrôles seront désormais effectués selon un nouveau concept.

L’analyse du cas de maltraitance d’Oftringen montre que le canton dispose d’une marge de manoeuvre pour améliorer les contrôles, a indiqué vendredi le département de la santé et des affaires sociales. Un nouveau concept est mis en place.

Le canton prévoit aussi une formation continue du personnel et un monitoring interne renforcé. Les détenteurs d’animaux qui posent des problèmes feront l’objet d’une surveillance accrue de la part d’une équipe interdisciplinaire.

Animaux morts et en décomposition

En février dernier, la police argovienne a découvert à Oftringen plusieurs animaux de rente morts et en état de décomposition. Dans l’exploitation, les animaux étaient détenus dans des conditions misérables.

A lire aussi : Maltraitance animale: ferme de l’horreur en Argovie, éleveur arrêté

Les autorités vétérinaires ont replacé 4 chèvres et 5 poules et 16 moutons découverts dans un état déplorable, mais encore vivants. Le propriétaire des lieux, âgé de 57 ans, a été arrêté. Il n’est plus en détention, a précisé le département. Une procédure pénale a été ouverte contre lui.

Entre septembre 2015 et décembre 2019, l’exploitation a été contrôlée à huit reprises sans avertissement préalable. Aucun indice ne laissait supposer que des cadavres d’animaux avaient été dissimulés.