Médias: les Suisses se forgent leur opinion principalement grâce à la télévision

Selon les résultats du premier monitoring des médias suisses, les Helvètes se forgent leur opinion principalement grâce à la télévision.
13 nov. 2018, 10:08
/ Màj. le 13 nov. 2018 à 10:01
La télévision est déterminante pour la formation de l'opinion en Suisse romande, selon le monitoring. (illustration)

Les Suisses se forgent leur opinion principalement grâce à la télévision, avant la presse écrite, la radio et les médias en ligne. Ils disposent d'assez de sources pour s'instruire. Un nouveau site internet décrit l'influence des médias sur la population.

Les résultats du premier monitoring des médias suisses, publiés sur ce portail interactif et trilingue, font apparaître un paysage médiatique suisse diversifié et performant, a indiqué mardi l'Office fédéral de la communication (OFCOM). Et ce, malgré des conditions de marché difficiles et une tendance inquiétante à la concentration.

 

 

Même si le choix de médias d’information est nettement plus vaste pour les Suisses alémaniques que pour les Romands et les italophones, le public dispose de suffisamment d’alternatives pour satisfaire ses besoins d’information auprès de différentes sources.

La télévision est déterminante pour la formation de l'opinion en Suisse romande, selon le monitoring. Son influence y est plus grande que celle de la presse et presque identique à celle de la radio. Au Tessin, la télévision a aussi la cote, devant la radio et la presse.

En Suisse alémanique aussi, elle exerce la plus grande influence. Mais la presse écrite y est plus forte que dans les autres régions. Selon les résultats de l'étude, les médias en ligne occupent le dernier rang dans les trois régions.

SSR et Tamedia en tête

La SSR est l'entreprise de médias la plus influente, suivie du groupe Tamedia. Au niveau des médias proprement dits, les journaux gratuits 20 minutes, dans les trois langues, sont les plus influents, devant les programmes de radio et de télévision de la SSR.

Les fournisseurs de médias privés de Suisse représentent environ la moitié de chacune des 20 principales offres médiatiques des régions. Si les plus jeunes se basent sur la lecture de 20 minutes pour se forger leur opinion, les personnes plus âgées privilégient les programmes de télévision et de radio du service public.

Le monitoring des médias suisses, accessible sur www.monitoring-medias-suisse.ch, s'intéresse aussi aux rapports de force et à l’enchevêtrement des entreprises dans le marché des médias. L’étude se base sur l'analyse de quelque 170 marques de médias et neuf groupes de médias nationaux et 14 marchés régionaux locaux.

Elle ne fournit aucun renseignement sur l'utilisation ponctuelle de l'information lors d'événements politiques, par exemple avant ou après des votations ou des élections.