Ministère public critiqué après les morts des dauphins à Connyland

Le ministère public de Kreuzlingen est critiqué après la mort de deux dauphins au parc de loisirs Connyland à Lipperswil (TG). Un procureur qui enquêtait sur les reproches d'organisations de protection de l'environnement est soupçonné de conflit d'intérêts.
03 août 2015, 19:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
connyland_key

L'organisation de protection des mammifères marins Oceancare et la Fondation pour l'animal dans le droit ont déposé une plainte pénale contre le parc de loisirs, critiquant les conditions de captivité des animaux. La semaine dernière, le ministère public a indiqué qu'il avait classé la plainte car il estimait que les reproches n'étaient pas fondés.

Sponsor

Mais le procureur en charge du dossier est aussi le président d'un club de handball qui compte Connyland parmi ses sponsors, ont révélé des médias. OceanCare dénonce sa partialité.

Le même procureur a également donné lundi des informations sur l'enquête sur la mort mystérieuse de deux dauphins en une semaine au parc de loisirs. Depuis, il n'est plus en charge de ce volet. L'affaire a été répartie entre deux procureurs, selon le procureur  général Andreas Zuber.

Interrogé par la radio et la télévision alémanique, Andreas Zuber a toutefois nié tout reproche de partialité. Connyland est seulement l'un des plusieurs petits sponsors du club de handball que préside le procureur, a-t-il affirmé.

Pétition

Parallèlement, Oceancare, dont le siège est à Wädenswil (ZH), a déposé aujourd’hui une pétition demandant l'interdiction de nouveaux delphinariums et des importations de dauphins en Suisse. Le texte, muni de 77'776 signatures, a été remis aux services du Parlement, ont confirmé ces derniers. La démarche vise à soutenir une motion similaire déposée par la conseillère nationale Brigitta Gadient (PBD/ GR).

Des centaines de dauphins sauvages sont capturés chaque année brutalement dans la mer pour être vendus à des delphinariums dans le monde entier, écrit Oceancare. Ce «commerce lucratif» met en danger leur survie, car il est très difficile pour ces cétacés de se  reproduire en captivité.