Moins de criminalité en Suisse en 2013

Le nombre d'infractions commises en Suisse l'année passée est en baisse de 6%. Ce recul est notable en matière de vols, même si les escroqueries sont en hausse.
07 août 2015, 13:31
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Un recul du nombre d'infractions, notamment dans le domaine de l'asile, est recensé pour l'année 2013.

La criminalité est en baisse en Suisse. Au regard de l'année précédente, le nombre d'infractions au Code pénal recensées en 2013 a diminué de 6% pour s'inscrire à 575'139. Celui des prévenus issus du domaine de l'asile a régressé de près de 23% et celui enregistré chez les mineurs de 6,7%.

Aujourd'hui, presque trois quarts des crimes et délits concernent le patrimoine, où le nombre d'infractions a baissé de 7% au regard de l'année précédente, indique lundi l'Office fédéral de la statistique dans son rapport annuel sur la criminalité en Suisse.

Ce recul est particulièrement visible pour les vols: au nombre de 217'978 en 2013, ces derniers ont reculé de 8% par rapport à 2012.

Escroqueries fortement en hausse

L'OFS note également un recul important du nombre des brigandages qui a diminué de 11% comparé à 2012. Les infractions avec violence sont en revanche moins nombreuses. Avec 45’584 dénonciations, celles-ci ont globalement diminué de 2%.

Selon l'OFS, seules les escroqueries, ainsi que les extorsions et chantages ont vu leur quantité augmenter de façon notable, soit de respectivement 15% et 67%.

En revanche, même si la police enregistre une hausse de la violence domestique peut-être moins saillante (+4%), l'OFS rappelle que ces infractions ne sont souvent pas dénoncées, ces chiffres doivent donc être considérés comme des valeurs minimales.

LCR par prise en compte

Sur l’ensemble des infractions enregistrées - soit 725'687, en recul de 7% - 79% relèvent notamment du Code pénal (CP), 13% de la loi sur les stupéfiants (LStup) et 6% de la loi sur les étrangers (LEtr). Les infractions à des lois cantonales et à la loi sur la circulation routière (LCR), ne sont pas comprises dans ces chiffres, précise l'OFS.

Comme déjà constaté depuis plusieurs années, le nombre de prévenus mineurs, ainsi que celui des jeunes adultes (18 à 25 ans) continue à décroître. Le total des infractions enregistrées dans ces catégories d'âge a fondu de respectivement 6,7% et 6,8%.

Augmentation chez les étrangers résidants

Alors qu'une augmentation de 38,7% avait été constatée en 2012, le nombre de délits ou crimes recensés parmi les prévenus issus dudomaine de l'asile a baissé de 22,9% l'année dernière.

Trois quarts des prévenus dénoncés pour des infractions au Code pénal (CP) font partie de la population résidante de la Suisse, 5,6% proviennent du domaine de l’asile et un cinquième sont des étrangers n’appartenant pas à la population résidante permanente.

En ne prenant en considération que les prévenus faisant partie de la population résidante permanente, la répartition est similaire à celle de ces dernières années: soit 61,6% de ressortissants suisses et 38,4% d’étrangers titulaires d’un permis d’établissement ou d’un permis de résidence à l’année. Pour rappel, les résidants permanents étrangers représentent quelque 23% de la population.

En revanche, alors que le nombre de prévenus faisant partie de la population résidante permanente a diminué chez les Suisses (-1,8%), celui-ci a légèrement augmenté chez les étrangers résidants (+1,4%).

Du côté des prévenus n’appartenant pas à la population résidante permanente ni au domaine de l’asile, l'OFS observe même une forte augmentation (+8,7%).