Morges : innovation avec un métrocâble à l'horizon 2030

Région Morges veut prendre sa mobilité en main. Une vaste étude a été lancée afin d'identifier les mesures à prendre pour rendre les transports en commun attractifs et concurrentiels en milieu urbain. Un métrocâble va voir le jour à l'horizon 2030.
07 août 2015, 15:14
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le métrocâble constitue une alternative au métro de plus en plus utilisées dans les villes.

Métrocâble, tel est le nom imaginé par les autorités et spécialistes de mobilité et d'aménagement de la région morgienne pour un projet inédit. A l'horizon 2030, les futurs quartiers à développer à l'ouest de la ville et à Tolochenaz pourraient être desservis par un téléphérique urbain.

Flexibilité de l'offre, coûts de construction et d'exploitation réduits, démantèlement possible et réduction des emprises au sol sont autant d'atouts du Métrocâble qui sera étudié de près par le Schéma directeur de Region Morges qui réunit 11 communes du bas du district de Morges.

L'équivalent de ce Métrocâble a été réalisé par des Suisses pour le futur téléphérique urbain brestois.

 

 

Parmi les pistes envisagées, une liaison par métrocâble qui serait une première en Suisse.

Les différents projets urbanistiques qui permettront d'accueillir entre 15'000 et 18'000 habitants/emplois lors de ces prochaines décennies engendrent de nombreux défis en matière de mobilité, relèvent les onze communes de la région morgienne mercredi dans un communiqué. Il apparaît primordial d'adapter le réseau de transport en conséquence.

Pour définir sa mobilité à l'horizon 2030, Région Morges a lancé en janvier une étude, à laquelle collaborent ingénieurs transports, exploitants et politiques. Outre les solutions traditionnelles, elle examine la possibilité d'intégrer des modes de transport innovants.

Désenclaver l'Ouest

Une liaison par métrocâble (télécabine urbaine) est notamment envisagée entre le futur quartier "En Molliau" à Tolochenaz, celui de la Longeraie et la gare de Morges. Cette solution permettrait de désenclaver l'Ouest morgien en s’affranchissant des coupures urbaines, relève le communiqué.

Si un métro n'est pas réaliste dans la région, en raison de son coût et faute d'un nombre de voyageurs suffisant, les métrocâbles constituent des alternatives de plus en plus utilisées dans les villes, de Londres à New York en passant par Rio, Barcelone et Brest. La région morgienne pourrait bien être la première à mettre en place un tel système en Suisse.

Paradoxalement, les axes de transport existants constituent un contexte avantageux pour un projet de métrocâble, souligne Région Morges. Il est en effet possible pour la ligne de longer l’autoroute, avec pour conséquence un impact extrêmement limité sur le paysage et la qualité de vie des riverains.

Efficace et pas cher

Le faible coût d’exploitation d'une télécabine urbaine et son efficacité incontestable en font en effet une option très intéressante pour enrichir l’offre en transports publics. La demande future, de l’ordre de 6000 passagers par jour, serait suffisante pour justifier une telle installation et les investissements qui y sont liés (entre 25 et 30 millions de francs), remarque l'association de communes.

L’étude en cours, qui devrait être achevée au printemps 2016, devra néanmoins confirmer l’opportunité d’intégrer une telle installation dans un réseau de transports publics cohérent. Il s'agira entre autres de démontrer sa complémentarité avec la ligne de chemin de fer Bière - Apples - Morges, dont la fréquence est envisagée à terme au quart d’heure.