Pas de journée de ski subventionnée pour les élèves du secondaire

Une journée de ski subventionnée par la Confédération ne sera pas accordée aux élèves du secondaire. Le Conseil des Etats a enterré mercredi la motion de Matthias Aebischer.
07 août 2015, 13:27
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Dès ce week-end, il sera donc possible de skier sur les cimes du Jura. Demain matin, Espace Dôle ouvrira la quasi-totalité de ses pistes.

Les élèves du secondaire ne bénéficieront pas d'une journée de ski subventionnée par la Confédération. Le Conseil des Etats a tacitement enterré mercredi une motion du National. Les sénateurs ont cependant accepté d'encourager la relève sportive.

La motion de Matthias Aebischer (PS/BE) voulait pousser les cantons à prévoir dans leurs plans d'étude au moins un jour obligatoire de sports d'hiver par an. Ceux qui auraient franchi le pas auraient bénéficié de subventions de la Confédération. Le Conseil national n'avait dit "oui" que par 89 voix contre 87.

Les sénateurs ont cependant voulu faire un geste. A l'unanimité, ils ont accepté une motion venue de la commission de l'éducation du National exigeant un projet concret pour soutenir le sport de masse, la relève sportive et le sport de haut niveau.

Un "concept" concernant les sports de compétition

Le texte va dans le bon sens et comme il rejoint d'autre projets pour l'encouragement d'une activité sportive, il a de bonnes chances d'être mis en oeuvre, a souligné Géraldine Savary (PS/VD).

En effet, le Conseil fédéral devrait adopter au printemps prochain un "concept" concernant les sports de compétition, a expliqué le ministre des sports Ueli Maurer. L'adoption de la motion renforce ainsi ce concept, a-t-il remarqué.

De nombreux points restent cependant ouverts, a averti le conseiller fédéral. Les cantons et les organisations sportives doivent encore se prononcer.

L'idée est née après le "non" du peuple grison en mars dernier au projet de Jeux Olympiques d'hiver en 2022. Les propositions élaborées durant les trois ans de préparation de la candidature suisse pour créer une dynamique en faveur de l'exercice physique et des infrastructures dans tout le pays ne doivent pas rester lettre morte.