Pro Juventute se mobilise contre le harcèlement sur internet

La fondation Pro Juventute axe sa nouvelle compagne sur le cyber-mobing ou harcèlement sur internet. Elle se rend dans les écoles suisses pour sensibiliser les jeunes qui ne connaissent pas les risques qu'ils encourent.
06 août 2015, 14:54
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Après une campagne ciblée sur le suicide, la Fondation Pro Juventute veut protéger les jeunes du harcèlement sur internet.

La fondation Pro Juventute se rend dans les écoles suisses pour sensibiliser les jeunes aux moyens de se protéger contre le harcèlement sur la toile, ou cyber-mobbing. Elle a lancé lundi la première campagne à l'échelle nationale sur ce thème.

Le cyber-mobbing peut entraîner des blessures psychiques, des dépressions et des angoisses extrêmes, pouvant aller jusqu'au suicide, a rappelé lundi Pro Juventute dans un communiqué. La fondation organise des ateliers médiatiques sur ce thème dans les écoles depuis le début de l'année scolaire. Des spécialistes forment les élèves à utiliser les nouveaux médias avec précaution.

"Les enseignants nous ont fait savoir qu'ils avaient besoin d'urgence de modules d'enseignement sur le cyber-mobbing", explique Stephan Oetiker, directeur de Pro Juventute. "Il est urgent de prévenir en utilisant nos compétences médiatiques et de faire connaître les lieux d'accueil pour les jeunes."

Outre la campagne dans les écoles, des spots télévisés et des affiches incitent les jeunes et leur entourage à s'intéresser au problème du cyber-mobbing et aux moyens de s'en prévenir. Sur Facebook, des personnalités suisses comme Diego Benaglio appellent à s'engager activement.

Au cours de la campagne, la fondation rappellera aussi l'existence de son numéro d'urgence 147, où des spécialistes se tiennent à disposition des jeunes en tout temps pour écoute et conseils. Les adresses de centres spécialisés seront publiées sur le site de la campagne et sur Facebook.

Besoin urgent d'information

Une enquête nationale de l'institut de recherche gfk montre que plus de deux tiers des Suisses ne savent pas où trouver de l'aide en cas de harcèlement sur internet. De même, seul un Suisse sur deux et moins d'un Romand sur quatre sait ce qu'est le cyber-mobbing. Un jeune sur cinq a pourtant déjà vécu une telle situation, assure Pro Juventute.