Quelque 300 suicides assistés en 2009 en Suisse

Pour la première fois en Suisse, des chiffres sur le suicide assisté ont été présentés par l'Office fédéral de la statistique ce mardi. Ce nombre n'a cessé d'augmenter depuis 1998, passant d'un peu moins de 50 cas en 1998 à 300 en 2009.
05 août 2015, 16:09
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
medic_suicide

On ne dispose pas de  données pour la période antérieure à 1998.

La grande majorité - 90% - des personnes qui ont eu recours au  suicide avait 55 ans ou plus. Seulement 1% avaient moins de 35 ans. 

A partir de 55 ans, le nombre de suicides assistés est nettement  plus élevé chez les femmes, explique l'Office fédéral de la  statistique (OFS). Ceci parce qu'elles sont plus nombreuses que les  hommes dans la population.

Maladies

L'assistance au suicide est sollicitée lorsque la vie ne paraît  plus digne d'être vécue aux yeux des personnes concernées,  principalement en raison d'une maladie physique grave.

Dans 44% des cas, la maladie initiale était le cancer, dans 14%  une maladie neurodégénérative, dans 6% une maladie cardiovasculaire  et dans 6% une maladie de l'appareil locomoteur. La dépression a été  mentionnée dans 3% des cas et la démence dans 0,3%.

Zurich et Genève en tête

Depuis 1998, tous les cantons ont enregistré au moins un cas  d'assistance au suicide. Le canton de Zurich en compte le plus grand  nombre en douze ans (700) et la part la plus élevée, soit 5,6 pour  1000 décès. Le canton de Genève en a dénombré 100, ou 4,4 pour 1000  décès.

Les cantons d'Appenzell Rhodes-Extérieures, Vaud, Bâle-Ville et  Schaffhouse affichent aussi des valeurs supérieures à la moyenne  suisse de 2,8 pour 1000 décès. En fin de liste, on trouve Uri, le  Jura et Appenzell Rhodes-Intérieures.

Les comparaisons internationales sont limitées du fait que les  réglementations divergent beaucoup, allant de l'interdiction du  suicide assisté à des solutions libérales, telle l'assistance  passive au suicide comme en Suisse. De plus, il n'existe pas de  normes internationales pour saisir les cas d'aide au suicide.

7,9 pour 1000 en Belgique

La Belgique et les Pays-Bas sont les seuls à disposer de données  bien documentées. En Belgique, depuis l'entrée en vigueur d'une base  légale en 2002, le nombre de cas déclarés d'assistance au suicide  n'a cessé d'augmenter pour s'établir à 7,9 pour 1000 décès en 2009.  Les 300 cas enregistrés en Suisse cette année-là correspondent à 4,8  décès sur 1000.

Les Pays-Bas, où la déclaration de l'aide au suicide active et  passive est aussi obligatoire, n'en ont enregistré que 2,3 pour 1000  en 2010.

Fin juin 2011, le Conseil fédéral a décidé de ne pas réglementer  de manière spécifique l'assistance organisée au suicide. La  prévention du suicide demeure pour lui une priorité. Le nombre de  suicides en Suisse, constant depuis des années, pourrait cependant  augmenter à l'avenir en raison du vieillissement de la population,  note l'Office fédéral de la statistique.

Pour cette raison, le gouvernement entend soutenir la prévention  du suicide et les soins palliatifs, soit la prise en charge des  personnes souffrant d'une maladie incurable ayant une issue fatale  ou un caractère évolutif.