Radio: les ondes ultra-courtes ne seront plus audibles en Suisse dès 2020

Les programmes radios diffusés en Suisse uniquement seront bientôt tous en mode numérique, principalement sur des plates-formes DAB+. Les ondes ultra-courtes (OUC) actuelles seront progressivement abandonnées à partir de 2020.
07 août 2015, 14:30
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
A partir de 2020, tous les programmes de radio devront être diffusés en Suisse uniquement en mode numérique et principalement sur des plate-formes DAB+. La branche de la radio souhaite abandonner définitivement la diffusion en ondes ultra-courtes (OUC) en 2024 au plus tard.

A partir de 2020, tous les programmes de radio devront être diffusés en Suisse uniquement en mode numérique et principalement sur des plate-formes DAB+. La branche de la radio souhaite abandonner définitivement la diffusion en ondes ultra-courtes (OUC) en 2024 au plus tard.

Lundi, des représentants de la SSR et des radios privées ont transmis une feuille de route à la conseillère fédérale Doris Leuthard, a expliqué l'Office fédéral de la communication dans un communiqué. Ils y précisent les mesures permettant le passage à la radio numérique en deux étapes.

D'ici fin 2019, tous les programmes OUC devront également être disponibles sur des plate-formes DAB+. Comme la diffusion parallèle sur OUC et sur DAB+ augmente nettement les coûts pour les diffuseurs, ils demandent que la contribution de la Confédération soit plus généreuse et s'accompagne de campagnes d'information pour inciter le public à acheter des radios DAB+.

2024, date butoir

Le passage à la diffusion numérique proprement dite se fera à partir de 2020. La branche fixera le calendrier de l'abandon progressif de la diffusion sur OUC. Le dernier émetteur OUC de Suisse devrait être mis hors-service au plus tard en 2024.

La feuille de route prévoit aussi que la Confédération définisse une période pendant laquelle la SSR et les radios locales procèdent elles-mêmes à la migration, en tenant compte des particularités régionales.

Le groupe de travail Migration numérique (GT DigiMig), qui a concocté tout cela, se compose de représentants de la SSR, de l'Association suisse des radios privées (ASRP), de l'Union romande des radios régionales (RRR), de l'Union des radios locales non commerciales (UNIKOM) et de l'Office fédéral de la communication (OFCOM).