Référendum contre l’aide aux médias: les 50’000 signatures atteintes

La collecte des signatures en vue d’un référendum contre les 178 millions de francs promis aux médias a porté ses fruits selon le comité «Non aux médias contrôles». Le peuple suisse pourrait se prononcer sur l’objet en février prochain.
08 sept. 2021, 07:44
/ Màj. le 08 sept. 2021 à 08:08
Les Chambres fédérales ont adopté en juin un texte comprenant surtout des aides à la distribution des journaux.

Le comité ayant lancé un référendum contre le train de mesures en faveur des médias, adopté en juin par les Chambres fédérales, a annoncé mardi soir avoir réuni les signatures nécessaires. Le peuple pourra ainsi se prononcer sur des subventions «inutiles et nuisibles», a-t-il souligné.

A lire aussi: L’aide aux médias combattue par un référendum de la droite

Les 50’000 paraphes nécessaires ont été rassemblés un mois avant la fin du délai référendaire, fixé au 7 octobre, a écrit le comité «Non aux médias contrôlés» dans un communiqué. La votation devrait avoir lieu en février prochain, selon les opposants au texte.

Soutien de la distribution matinale

Le train de mesures en faveur des médias propose entre autres d’étendre l’aide indirecte à la presse en soutenant à l’avenir également la distribution matinale des journaux. Une enveloppe de 120 millions est prévue pour ce volet.

Le paquet crée également une aide aux médias en ligne, dotée de 30 millions de francs par an, et visant à favoriser la transition numérique. Les contributions versées pourront atteindre au maximum 60% du chiffre d’affaires généré par l’entreprise. Une aide est aussi prévue pour les agences de presse, les écoles du journalisme ou encore le Conseil suisse de la presse.

Plusieurs comités

Le comité «Non aux médias contrôlés» est présidé par le conseiller en communication et ancien conseiller national Peter Weigelt (PLR/SG). Il est dirigé par Philipp Gut, journaliste à la Weltwoche et éditeur.

Plusieurs comités ont vu le jour depuis juin contre ces mesures d’aide à la presse. Un comité parlementaire interpartis s’est notamment formé après la décision des chambres. Il réunit une septantaine de députés, notamment de l’UDC, du PLR et du Centre.